29/04/2015

Les chevaliers teutoniques à Liège - la tour des Vieux-Joncs

  Les chevaliers teutoniques* constituent un ordre religieux militaire, fondé en Terre sainte au XIIe siècle par des seigneurs allemands.

  Il s'agit au départ d'une communauté charitable fondée pour soigner les croisés et pèlerins, avant de devenir une organisation militaire importante qui participe à la défense et à l'expansion de la chrétienté**.

* Les Teutons étaient un peuple de l'ancienne Germanie.
**L'ordre existe toujours, essentiellement en Allemagne, Autriche, Slovénie, Slovaquie et République tchèque. Ses membres ont renoué avec la vocation caritative des origines.

     

La croix teutonique

croix teutonique.jpg

« Crux Ordis Teutonicorum » par David Liuzzo — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons 

plan_liege_1737.jpg  Ce plan dessiné par le jésuite Christophe Maire en 1737 (cliquez dessus pour l'agrandir) vous permettra de situer les lieux mentionnés dans les explications qui suivent.

  Au XIIIe siècle, l'ordre teutonique s'implante progressivement en Europe. Des moines-chevaliers s'installent à Liège dès 1254. Ils sont originaires de la Grande Commanderie d' Alden Biesen (Limbourg), mots signifiant « vieux joncs » en ancien néerlandais
. Le prince-évêque Henri de Gueldre les prend sous sa protection et les loge dans le couvent de Beaurepart, l'actuel séminaire épiscopal (1). Ils occupent ensuite l'hôtel de Celles (2), rue de la Wache, au pied du pont d'Île. Ce sont les chevaliers Jacques de Celles (1255) et Jean-Hustin de Thynes (1261) qui leur ont cédé cette propriété, avec droits et dépendances, dont le patronage des églises Saint-André (3) et Saint-Gangulphe.


  En 1294, les chevaliers teutoniques déménagent au pied de la rue Pierreuse, derrière le palais des princes-évêques, dans deux bâtiments qu'ils vont agrandir et transformer en commanderie digne de leur rang (4).

plan milheuser_liege_1649.jpg  En établissant leur commanderie en Basse-Pierreuse (1), les moines-soldats se rapprochent de l'église paroissiale Saint-André (2), qui leur appartient et dont le curé* est issu de leur communauté. À cette époque, cet édifice ne présente évidemment pas l'aspect qu'on lui connaît actuellement**.
* Appelé « grand-curé » ou « grand-pasteur ».
** L'édifice actuel, construit de 1765 à 1772 selon les plans de l'architecte liégeois Jacques-Barthélemy Renoz, est circulaire et coiffé d'un dôme à douze pans. Il n'a connu qu'une courte carrière religieuse, vu les événements révolutionnaires qui ont marqué la fin du XVIIIe siècle.

commanderie teutonique_liege_XVIIIe.jpg  Cette gravure représente la commanderie des chevaliers teutoniques vers 1700. On remarque l'ampleur du domaine, avec des jardins d'agrément en terrasses, aménagés à la mode Renaissance sur des coteaux précédemment plantés de vignes.

  Vous pouvez repérer les mêmes lieux sur la vue aérienne qui suit, prise en 2009 :
histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs  Sur cette vue aérienne, la flèche désigne les bâtiments de l'ancienne commanderie, affectés à cette époque à la justice de première instance (laquelle a déménagé depuis dans les extensions du palais que l'on voit en construction).

rue du palais_pierreuse_liege_2006.jpg  Ces bâtiments sont situés au 66 de la rue du Palais, au pied de la rue Pierreuse. Construits dans la seconde partie du XVIIe siècle pour remplacer ceux du XIIIe, ils ont encore été transformés au XVIIIe comme en témoigne le millésime 1759 gravé sur une pierre de la façade.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs   Ci-dessus, la rue du Palais et la rue Pierreuse en 2008, pendant le chantier d'extension du palais de justice. Sur la droite, on aperçoit l'entrée de l'ancienne commanderie. La carte postale qui suit nous montre le même endroit au début du XXe siècle (Après 1905, vu l'existence de la gare du Palais néogothique, construite à l'occasion de l'exposition universelle qui se tient à Liège cette année-là). On est loin de l'aspect aristocratique des siècles précédents :
histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs   Il est vrai qu'à la suite des événements révolutionnaires de la fin de XVIIIe siècle, les biens de l'ordre teutonique ont été confisqués et vendus. À la fin du XIXe siècle, l'ancienne commanderie sert en partie à loger des « ménages plus que modestes », dans un quartier devenu « cosmopolite et populeux ». Quand la ville de Liège acquiert les lieux en 1920, elle espère pouvoir restaurer l'intérieur pour y installer divers services communaux, mais elle doit reporter son projet à cause de la crise des logements. L'immeuble est aujourd'hui affecté à des services d'aide juridique. Le bâtiment est classé depuis 1971.

 
histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs
  Il existe un sentier de promenade (nous en reparlerons) qui permet d'accéder aux anciennes terrasses teutoniques, d'où l'on peut découvrir un exceptionnel panorama de la ville. Concernant le sujet qui nous intéresse dans cet article, remarquons le dôme de l'ancienne église Saint-André, aujourd'hui désacralisée, et la pointe octogonale de la tour dite des Vieux-Joncs, vestige de l'ancien domaine teutonique.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs

    

L'existence de cette tour est attestée pour la première fois dans un écrit de 1423. L'appellation « Vieux-Joncs » rappelle le lieu* dont sont issus les moines-chevaliers venus s'installer à Liège au XIIIe siècle.
*Alden Biesen (les « Vieux-Joncs » en français, appellation probablement due à la végétation d'origine à cet endroit marécageux) est un lieu-dit de la commune de Bilzen, dans la province de Limbourg. Le splendide château de l'ordre teutonique qui s'y trouve est devenu un centre international de conférences et un haut-lieu de la vie culturelle flamande.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs

  Cette carte postale du siècle dernier fait mention d'une tour militaire datant de 1303. Indépendamment de la date invérifiable, il n'est pas certain que cette construction ait eu une vocation guerrière. Elle renferme simplement un escalier donnant accès aux terrasses et jardins, et le pavillon qui la domine, ajouté au XVIe siècle, n'est qu'une petite pièce qui a servi de cabinet de travail au grand-curé de Saint-André, lequel logeait dans la commanderie.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs

   La tour des Vieux-Joncs à l'époque où des habitants logent dans l'ancienne commanderie et ont accès aux terrasses.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs
En 1926.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncsEn 1966.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncsEn 1969.

histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs  La tour et le pavillon sont restaurés dans la seconde partie des années 1980. La photo ci-dessus, prise le jour de l'inauguration, est extraite d'un article paru en 1988 dans la revue « Liège, ma cité ».

  Dès 1996, on met à l'étude le projet d'un sentier touristique qui permettrait aux promeneurs de découvrir les terrasses de Frères Minimes et des chevaliers teutoniques, tout en leur offrant un exceptionnel panorama sur la ville. Ouverte au public depuis mai 2002 par l'entrée de la rue de Palais, la promenade est possible depuis 2005 au départ du n° 38 de la rue Pierreuse. Voici quelques vues prises en 2006 :
histoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncshistoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncshistoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncshistoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncshistoire de liège,liège,pierreuse,rue du palais,ordre teutonique,chevaliers teutoniques,terrasses de la citadelle,coteaux de la citadelle,tour des vieux-joncs

 Une petite visite guidée est disponible sur ce lien.

 Merci de cliquer sur « J'aime », ci-dessous, si vous avez apprécié cet article Sourire

08/04/2015

Place de la Cathédrale (ancienne collégiale Saint-Paul)

Cet article ne traitera pas de l'intérieur de la cathédrale Saint-Paul, ni de son précieux trésor artistique. Il s'intéresse essentiellement aux origines de l'édifice et à l'évolution de la place qui lui doit son nom.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paulSchéma emprunté au site Le Cercle médiéval.

  Au cœur de l'île que délimitent les bras de la Meuse, il existe depuis probablement l'époque de saint Hubert (à l'emplacement n°7 du plan ci-dessus) une chapelle dédiée à saint Calixte, pape et martyr du IIIe siècle. C'est Éracle, évêque de Liège de 959 à 971, qui décide de remplacer cet oratoire par une collégiale consacrée à l'apôtre Paul*.
* La légende voudrait que Dieu lui-même (d'aucuns disent saint Paul en personne) ait indiqué à l'évêque fondateur l'emplacement et les dimensions de l'édifice, en faisant tomber, en plein juillet, une neige miraculeuse qui aurait recouvert toute la région à l'exception d'un espace de terrain bien délimité.

  Entrepris dès 966, le chantier n'est guère terminé à la mort d'Éracle et se prolonge sous le règne de son successeur Notger, qui la confie à un chapitre de trente chanoines. Il ne subsiste pratiquement rien de cette église romane d'origine (sauf une cave voûtée sous les sacristies), et aucune archive ne permet de s'en faire une idée.

 L'église romane a-t-elle été endommagée en 1212 lors du sac de Liège par les troupes brabançonnes ? Quoi qu'il en soit, au milieu du XIIIe siècle débute la construction d'un nouveau sanctuaire. Construction qui durera jusqu'au XVIe siècle, avec parfois de longues périodes d'interruption, ce qui explique que la collégiale Saint-Paul présente une gamme complète de l'architecture gothique, de l'ogival primaire au flamboyant.

  Liens externes intéressants :

  http://tresordeliege.be/2012/03/08/cathedrale-saint-paul
  http://www.chokier.com/FILES/STPAUL/Saint-Paul-Hendrix.html


histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul  Cette gravure de Julius Milheuser présente l'état des lieux au milieu du XVIIe siècle. Identifions la collégiale Saint-Paul (1) et le Vinâve d'Île* (2), entre le pont d'Avroy (3) et le pont d'Île (4). L'imposante cathédrale Saint-Lambert (voir autre article) se trouve à l'emplacement de l'actuelle place du même nom.
* Le mot « vinâve » est une expression typiquement régionale qui désignait au départ une agglomération de maisons, un quartier ; par la suite, il s'est appliqué à la rue la plus importante d'un quartier.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul  La gravure ci-dessus, œuvre du dessinateur spadois Remacle Le Loup, montre la collégiale Saint-Paul dans les années 1730. Remarquons le clocher inachevé, qui se limite à une tour basse, arrêtée au niveau de la grande nef et surmontée d'une petite construction où se trouvent les cloches.

  À la suite des événements révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle et de l'entrée à Liège des troupes républicaines françaises, la collégiale est pillée et transformée en halle de boucherie, tandis que les cloîtres servent d'écuries. Les biens sont confisqués et une partie du mobilier est vendu aux enchères. L'ensemble des bâtiments échappe même de peu à la démolition.

  Grâce au concordat de 1801, le premier consul Bonaparte apaise la crise qui oppose l'État et la papauté. En 1802, le diocèse de Liège est réorganisé, et le nouvel évêque, Mgr Jean-Évangéliste Zaepffel, choisit Saint-Paul pour cathédrale, décision officialisée en mai 1803.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul  La cathédrale Saint-Paul au début du XIXe siècle. C'est en 1811-1812 qu'on a surélevé la tour d'un étage aux fenêtre ogivales, le tout surmonté d'une flèche octogonale qui atteint presque nonante mètres. Quatre clochetons ont été ajoutés aux angles pour rappeler la magnifique cathédrale Saint-Lambert. La place s'appelle alors la place Saint-Paul (ou la place Devant Saint-Paul)*. Les tilleuls ont été plantés en 1716, pour agrémenter le lieu qui jusque-là avait l'aspect d'un pré.
* La place Saint-Paul actuelle s'appelait autrefois la place Derrière Saint-Paul.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul  Remarquons, sur cette photo contemporaine, que l'étage de la tour présente une autre coloration que le reste de l'édifice : on a fait usage, lors de sa construction en 1811-12, de pierres de sable issues de l'ancienne cathédrale Saint-Lambert, toujours en ruines à l'époque.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île  Cette aquarelle de Joseph Fussell montre la place Saint-Paul avant 1846 (année des premières expropriations en vue du percement de l'actuelle rue de la Cathédrale). Le monument entouré d'une grille, à l'avant des tilleuls, est la fontaine de la Vierge à l'Enfant, installée là depuis 1696*. Son appellation lui vient de la statue de bronze doré qui surmonte le monument de marbre, statue représentant la Vierge Marie tenant l'enfant Jésus, œuvre baroque commandée en 1695 à l'illustre artiste liégeois Jean Delcour (ou Del Cour). Quatre lions de bronze complètent l'ornementation du bassin. Nous verrons plus loin qu'il ne s'agit pas tout à fait de la fontaine que nous connaissons actuellement.
* En remplacement d'une fontaine dite du Perron, déjà citée en 1584 et endommagée depuis 1659.

  Dès 1794, sous l'occupation française, le groupe statuaire de la fontaine est menacé d'être fondu pour servir à la fabrication de canons. La « femme Marie » et les quatre lions échappent à ce triste sort grâce aux protestations de la municipalité et des citoyens. La fontaine est sauvée, mais mal entretenue, elle aborde le XIXe siècle dans un état de délabrement préoccupant.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île  Le plan ci-dessus nous reporte au début des années 1820, sous le régime hollandais. Le trait bleu représente l'alignement ininterrompu de maisons depuis le pont d'île jusqu'à la rue de la Sirène. En 1822, l'architecte Dewandre propose la création d'une rue (la flèche rouge) depuis la place Devant Saint-Paul (1) jusqu'aux abords de l'université (2)*. En 1824-25, le conseil de Régence** préfère l'ouverture d'une voie de communication (la flèche verte) depuis le Vinâve d'Île jusqu'à la place Saint-Denis (4) et la rue Sur Meuse (5). Cette voirie sera pratiquée « à travers des terrains où l'on ne voit que des masures tombant en ruines et d'anciens lits de rivière qui forment un cloaque infect » (3)*** ; il est prévu qu'on l'appellera la rue de la Cathédrale.
* Le même architecte propose aussi la création, à cette époque, de la rue de l'Université.
** Le conseil de Régence, sous le régime hollandais, est l'équivalent du conseil communal.
***L'actuel boulevard de la Sauvenière était autrefois un bras de la Meuse qui, après le pont d'Île, se divisait en de multiples ramifications (voir autre article).

  L'absence de moyens financiers retarde le projet d'une vingtaine d'années. Il faut attendre 1846 pour qu'aient lieu les premières expropriations ; l'hôtel de Laminne, importante maison de maître du XVIIIe siècle, est démolie en 1847, là où la rue de la Cathédrale va déboucher dans la place Devant Saint-Paul, en vis-à-vis de la rue Pont d'Avroy.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île  La rue de la Cathédrale est ouverte en 1853. Totalement achevée en 1879 au niveau des habitations et commerces qui la bordent (la photo ci-dessus date de 1899), elle est considérée pour une des plus belles et luxueuses artères de la ville.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux  Vers 1850, l'architecte Jean-Charles Delsaux* entreprend la restauration de la façade nord de la cathédrale. Il lui confère davantage d'élégance, mais tous les éléments d'ornementation dont il la surcharge ne correspondent plus avec la simplicité d'origine du bâtiment.
* Jean-Charles Delsaux, à la même époque, est chargé de réaliser la façade occidentale du palais provincial (voir autre article).

 
En 1853, la place Devant Saint-Paul est privée de ses tilleuls parce qu'ils empêchent de bien voir l'édifice religieux qu'on vient de rénover. Il est même question de la paver et d'installer en son centre la fontaine de la Vierge qui nécessite par ailleurs d'être renouvelée.

  En 1854, la fontaine de la Vierge (que beaucoup de Liégeois appellent aussi la fontaine aux lions) est reconstruite, non pas sur la place, mais plus en retrait dans le Vinâve d'Île, pour ne pas gêner la communication entre la rue du Pont d'Avroy et la nouvelle rue de la Cathédrale. La statue de la Vierge du XVIIe siècle repose désormais sur un monument en petit granit, selon les plans de l'architecte de la ville Julien-Étienne Rémont.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux  La carte postale ci-dessus date de 1890. La place porte officiellement le nom de place de la Cathédrale depuis 1863 (mais les Liégeois l'appelaient déjà comme cela depuis longtemps). Des immeubles d'habitation et de commerce ont remplacé les hôtels aristocratiques. Depuis 1870, le terre-plein central est « orné de squares verdoyants et fleuris ». À l'avant-plan, on aperçoit le socle qui supporte la Vierge à l'Enfant de Jean Delcour, laquelle a le regard dirigé vers la cathédrale.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxCi-dessus, le Vinâve d'Île vu depuis la place de la Cathédrale en 1890. Ci-dessous, zoom avant sur la fontaine de la Vierge en 1901, précédée d'une fontaine Montefiore :
histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxLes fontaines Montefiore sont des fontaines publiques. Elles portent le nom de leur donatrice, Hortense Montefiore-Bischoffsheim, épouse de Georges Montefiore-Levi, industriel et homme politique liégeois.

En 1888, à l'occasion de son vingt-cinquième anniversaire, la Société protectrice des animaux souhaite installer à Liège des fontaines qui, en plus des jets d'eau pour les passants, permettraient aux animaux de s'abreuver (une vasque supérieure pour les chevaux et un bassin inférieur pour les chiens). Hortense Montefiore, connue pour sa générosité, va financer l'opération. Le conseil communal approuve le projet, et dix premières fontaines sont dressées l'année suivante, réalisées par la fonderie Requilé & fils de Liège. Dix autres suivront en 1891.

Les fontaines de la première série sont surmontées d'une figurine en bronze représentant une botteresse au repos, œuvre du statuaire Henri Beckers. Les dix suivantes (comme celle de notre illustration) sont ornées d'une porteuse d'eau due à Léopold Harzé. Ces statuettes ont été coulées à la fonderie des bronzes phosphoreux d'Anderlecht, société appartenant à la famille de la donatrice.

 

La fontaine Delcour et le Vinâve d'Île au cours des décennies :

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxÀ l'aube du XXe siècle.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierCarte postée en 1914.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxDans les années 1920.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxDans les années 1930.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxDans les années 1950.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxAvant que le Vinâve ne devienne piétonnier en 1976.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsauxLe Vinâve piétonnier dans la première décennie du XXIe siècle.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux  Sur le panneau de bronze qui orne le socle de la statue, la ville de Liège est symbolisée par une femme qui tient le perron et que couronne un angelot.

 

Le Vinâve d'Île avec la cathédrale à l'arrière-plan :

 

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierEn 1905.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierVers 1910.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierCarte postée en 1920, mais vue peut-être prise à l'occasion de l'armistice de 1918 (vu le Vinâve pavoisé).

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDans les années 1930.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDans la seconde partie des années 1950.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierhistoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDans les années 1960.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Au début des années 1970, avant la transformation en piétonniers du Vinâve d'Île et d'une partie de la place de la Cathédrale.

 
Approchons-nous de la place de la Cathédrale :

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  La place aborde le XXe siècle avec un terre-plein aux angles arrondis, agrémentés de parterres verdoyants et fleuris.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

   

La photo ci-contre montre les immeubles qui ferment le côté occidental de la place à la charnière des XIXe et XXe siècles.

 



Plusieurs d'entre eux seront remplacés en 1912 par la Banque centrale de Liège, identifiée d'une flèche sur la photo suivante :

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Comparaison entre les années 1930 et la fin des années 1950. À vingt ans d'intervalle, on retrouve pratiquement le même décor floral.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Le côté oriental de la place au milieu des années 1930. À droite de l'alignement d'immeubles, s'ouvre un tronçon aujourd'hui disparu de la rue de la Sirène. Dès la fin de la décennie, cet endroit va subir de profondes modifications en vue du percement de la rue Charles Magnette. Cliquez ici pour accéder à un autre article spécifiquement consacré à ce sujet.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Au tout début des années 1950, l'angle de la rue Charles Magnette et de la place du Roi Albert (c'est son nom officiel à cette époque) attend la construction d'un building avec galerie commerçante. Comparons avec la situation en 2007 :
histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Retour en 1952. Cette fois, c'est le côté occidental de la place, à l'époque des trolleybus. Ci-dessous, les arrêts de bus en 1968, avec des abris chauffés :
histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Cette photo a été prise en 1977 pendant le chantier du parking souterrain et de l'immeuble qui abritera notamment la médiathèque de la Communauté française de Belgique, les bureaux du quotidien La Meuse et ceux de RTL (seuls ces derniers y sont toujours). Ci-dessous, le même endroit en 2007 :
histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

 

Dans l'autre sens :

 histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierLa place de la Cathédrale en 1899.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Cette carte postale des années 1920 est intitulée « place du Roi Albert ». La place de la Cathédrale a été rebaptisée ainsi en décembre 1918, pour rendre hommage à la conduite chevaleresque de notre souverain pendant la guerre 1914-18. La nouvelle appellation restera en vigueur plusieurs décennies, mais elle ne sera guère utilisée par la population, et le lieu retrouvera finalement son nom d'origine *.
* Les liégeois se contentent souvent de dire « place Cathédrale », et non « de la Cathédrale ».

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierComparaison entre une vue de 1934 ▲ et sa correspondance en 2010 ▼histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

 

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierRevenons dans la première partie des années 1930.


histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier  Après 1937, on démolira les premiers immeubles visibles sur la droite de la photo ci-dessus, en prévision du percement de la rue Charles Magnette. Ci-dessous, le même endroit en 2006, photographié dos à la rue Saint-Paul :
histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

 

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierUn char américain sur la place du Roi Albert lors de la Libération en septembre 1944.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierLa place du Roi Albert en 1958.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier
La place du Roi Albert et le Vinâve d'Île en 1961 ▲ ▼histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier

 

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierLa même perspective avant que le Vinâve d'Île ne devienne piétonnier en 1976.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierLe chantier en 1977 de l'aménagement du parking souterrain.


  Je possède un plan de Liège non daté, mais qui comporte une publicité pour une voiture produite de 1977 à 1980. En cette extrême fin des années 1970, la place de la Cathédrale s'appelait toujours la place du Roi Albert.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDans les années 1980.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierEn 2013.

 

Du côté de la rue de la Cathédrale :

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierVers 1900-1905.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierCarte postée en 1915.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDepuis la rue du Pont d'Avroy en 1934.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDans les années 1970.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierEn 2006.

 

Du côté de la rue Pont d'Avroy :

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierAu tout début du XXe siècle.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierEn 1975.

histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnierDepuis la rue de la Cathédrale en 1975 ▲ et 2006 ▼histoire de liège,place de la cathedrale,cathédrale saint-paul,collegiale saint-paul,rue de la cathedrale,fontaine delcour,fontaine de la vierge,jean delcour,vierge à l'enfant,vinâve d'île,fontaine vinâve d'île,rémont,delsaux,vinave d'ile piétonnier


Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cette page Sourire

 

28/02/2015

Aux origines de l'espace Tivoli

place saint-lambert_liege_vue arrienne_2008.jpg  L'espace Tivoli (1) est le terrain vacant situé entre la place Saint-Lambert (2) et la place du Marché (3), terrain en attente de réaffectation depuis près de trente-cinq ans.

espace tivoli_liege_2008.jpg  L'espace Tivoli en 2008, vu depuis la place Saint-Lambert. Il est le résultat des démolitions effectuées à la fin des années 1970, dans le cadre de l'aménagement de la nouvelle place Saint-Lambert. Le cadre rouge, sur la carte postale qui suit, délimite les bâtiments qui ont été détruit :
place saint-lambert_liege_1970.jpg

tivoli_liege_debut annees 1970.jpg  Les flèches indiquent la rue Sainte-Ursule (1), la rue du Général Jacques (2) et la rue de Bex ((3). Vous pouvez les identifier sur le plan ci-dessous :
plan_liege_debut annees 1960.jpg


  Dans un autre article, nous avons vu que l'imposante cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert, qui se dressait à l'emplacement des actuels place Saint-Lambert et espace Tivoli, a été détruite à la suite des événements révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle.

plan ruines cathedrale_liege_regime francais.jpg  Ce plan (que vous pouvez l'agrandir en cliquant dessus) a été dressé sous le régime français. On y aperçoit certains vestiges de l'ancienne cathédrale, comme les tours occidentales jumelées et la grande tour. La croix détermine l'actuel espace Tivoli, là où se trouvaient le chœur principal et le cloître oriental.

place saint-lambert_liege_1816.jpg  Le dessin ci-dessus, dû à l'architecte liégeois Jean-Noël Chevron, date de 1816, au tout début du régime hollandais. Quelques décombres subsistent sur la partie orientale. La future place Saint-Lambert (cette appellation ne sera officielle qu'en 1827) attend d'être nivelée et réaménagée.

  Comparons avec la gravure qui suit, qui nous transporte en 1864 :
place saint-lambert_liege_1864.jpg  Les immeubles que l'on voit sur la droite de l'image ont été construits dès 1828, juste après le nivellement de la place Saint-Lambert. Ils constituent deux îlots de part et d'autre d'une voirie baptisée « rue Royale ». Les deux maisons plus petites, qui empiètent sur l'espace public, existaient déjà au XVIIIe siècle et ont échappé aux expropriations lors de la nouvelle configuration des lieux, que voici en 1843 (cliquez sur le plan pour l'agrandir) :
plan_liege_1843.jpg

  Profitons de ce plan pour expliquer les noms des trois voiries incluses dans le cercle rouge :

  - La rue des onze mille Vierges, appelée aussi la rue Sainte-Ursule*, est autrefois une rue étroite coincée entre le palais épiscopal et la cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert. Elle est le passage obligé entre le Vieux Marché et la place du Marché (voir le plan quatre illustrations plus haut) et ses maisons pittoresques comportent de nombreux négoces.
* La légende raconte que sainte Ursule et onze mille compagnes vierges comme elle ont été massacrées par les Huns à Cologne en 383. La martyre est la patronne des jeunes filles, mais aussi des drapiers, corporation fort représentée autrefois dans la rue liégeoise qui porte son nom.

 
C'est une église établie là dès le XIIe siècle qui a donné son nom à la rue Sainte-Ursule. La gravure qui suit nous la montre en 1743, après les profondes restaurations subies par le palais et ses abords à la suite de l'incendie de 1734. Elle est accolée au domaine épiscopal, avec la chapelle privée du prince-évêque à l'étage :
palais episcopal_liege_1743.jpg
  À propos de la gravure ci-dessus, il faut bien sûr imaginer l'ancienne cathédrale située devant, avec les maisons accolées à son flanc nord, le tout faisant de la rue Sainte-Ursule un passage fort étroit.

  Ci-dessous, le palais de nos jours. La façade néogothique que l'on voit sur la droite est l’œuvre de l'architecte Godefroid Umé, lequel, de 1865 à 1870, a dirigé le chantier d'une nouvelle aile pour les besoins de la justice. Le mur extérieur de l'ancienne église Saint-Ursule (désacralisée depuis 1803) a été conservé et intégré dans l'ensemble :
palais_liege_2015.jpg


- La rue Royale est ouverte en 1828, sous le régime hollandais, en l'honneur du roi des Pays Bas Guillaume 1er. L'appellation est conservée après l'indépendance de la Belgique vu le maintien d'une monarchie. C'est dans l'entre-deux-guerres que la voirie devient la rue du Général Jacques, du nom du général Jules Marie Alphonse Jacques, un héros de la première guerre mondiale (bataille de Dixmude, 1917).

- La rue Petite Tour* (ou Sous la Petite Tour) était autrefois une ruelle tellement étroite qu'il était impossible qu'une charrette et un piéton se croisent ! Dans le cadre du renouveau urbanistique des années 1820, la voirie est rectifiée, puis élargie à la fin de la décennie suivante. En 1863, les autorités communales décident de changer le nom de la rue, qui devient la rue de Bex, en mémoire de Pierre de Bex (1594-1651), Grignoux notoire, bourgmestre décapité pour s'être opposé au prince-évêque Maximilien de Bavière.
* Comme la rue Grande Tour qui lui était parallèle (et qui existe toujours), elle était située au pied de la grande tour de la cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert. On se perd en conjectures sur l'origine de l'adjectif « petite ». Théodore Gobert traite de cette rue en l'appelant simplement « Sous la Tour ».


cathedrale saint-lambert_liege_1750.jpg  Le dessin ci-dessus représente l'ancienne cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert avant sa destruction dès 1795. À droite de la petite église Notre-Dame aux Fonts (la croix), on aperçoit les premières maisons de la rue Sous la (Petite) Tour.

  Ci-dessous, le même endroit à la fin du XIXe siècle (entre 1871 et 1875). À l'avant-plan gauche, l'immeuble blanc se trouve à l'emplacement de la grande tour de l'ancienne cathédrale ; la rue Sous la Tour est devenue la rue de Bex, et les maisons de droite vont bientôt disparaître dans le cadre du percement de la rue Léopold :
societe militaire_liege_annees 1870.jpg  C'est dans l'immeuble blanc de gauche que s'est installée, en 1835, la Société militaire, association réunissant non seulement des militaires mais aussi des bourgeois civils. Cette année-là, près de trois cents membres font partie de ce cercle huppé auquel il est de bon ton, socialement, d'appartenir.

place saint-lambert_liege_fin XIXe.jpg  En 1878, le siège de la Société militaire est agrémenté d'un fronton sculpté et de balcons appuyés sur des colonnes en fonte (celui du premier étage est fermé de larges vitres coulissantes). 1878, c'est aussi le millésime que porte la façade du bâtiment à l'angle de la rue de Bex et de la rue Léopold, dont le percement a commencé deux ans plus tôt. Il s'agit d'un magasin de tissus appelé « Au drapeau belge ».

place saint-lambert_liege_1900.jpgLa place Saint-Lambert vers 1900.

societe militaire-liege-1903.jpg  Cette vue date de 1903. Au rez-de-chaussée du bâtiment que les Liégeois ont pris l'habitude d'appeler la « Maison militaire », se trouve une brasserie, que l'on retrouve sur les deux cartes ci-dessous (les stores vantent les bières de Hougaerde et de Diest) :
société militaire_liege_avant 1909.jpgsociete militaire-liege-tout debut XXe.jpg

  Les trois documents qui suivent (1901, 1968 et 2008) permettent de réaliser l'évolution des lieux en un peu plus d'un siècle :
place saint-lambert-liege-1901.jpgPlace saint-lambert-liege-1968.jpgplace saint-lambert-liege-2008.jpg

 *  *  *  *  *

place saint-lambert_liege_1905.jpgLa place Saint-Lambert pavoisée à l'occasion de l'Exposition universelle de 1905.

place foch_liege_1919.jpg  Cette carte postale porte la mention « Place du Maréchal Foch ». C'est en 1919 qu'on a ainsi rebaptisé l'ancienne place Verte (voir cet autre article). 1919, l'année où la Ville acquiert l'immeuble de la Société militaire pour y installer la Bourse officielle du travail et plusieurs services communaux.

place saint-lambert_liege_1920.jpg  Intéressons-nous un instant aux bâtiments qui empiètent sur l'angle nord-est de la place Saint-Lambert (désignés par le tracé rouge). Ces bâtiments, la carte postale qui suit vous les présente dans les années 1920. À l'époque, un photographe propose aux passants de les immortaliser au milieu des pigeons :
charmeur pîgeons_place saint-lambert_liege_annees 1920.jpg

maison du soleil_liege_annees 1920(1).jpg  Les deux maisons de gauche sont le café du Commerce et le café du Soleil (voir l'enseigne entre les deux fenêtres de toit). Elles existaient déjà au XVIIIe siècle ; la plus haute (bien sûr modifiée depuis) a abrité dès 1740 les débuts de l'imprimerie Dessain.

cafe provincial_liege_annees 1920.jpg  Gros-plan sur la rue Royale qui mène à la place du Marché. Cette photo est antérieure à la précédente, vu l'inscription qui propose l'installation à cet endroit d'une publicité lumineuse. Je parle de « rue Royale », car il me semble qu'elle n'a été rebaptisée « rue du Général Jacques » qu'en 1928, pour le dixième anniversaire de la fin de la Grande Guerre. À confirmer !

maison du soleil_liege_annees 1920(2).jpg  Le même endroit… en 1928 suis-je encore amené à penser, étant donné que la rue est pavoisée de drapeaux… et que les bâtiments dont il est question dans les quatre photos précédentes ont bien été démolis à la fin des années 1920, probablement en prévision de l'Exposition internationale de 1930.

place saint-lambert_liege_annees 1930.jpg  La place Saint-Lambert au milieu des années 1930, avec donc le palais davantage dégagé. Quant à l'immeuble de l'ancienne Société militaire que la Ville a racheté en 1919, il sert à l'échevinat et à l'office du tourisme (entrée par la rue du Général Jacques) ; son rez-de-chaussée est occupé par un café-restaurant qu'on appelle le Tivoli-Bourse*.
*L'appellation « Tivoli » évoque un lieu de villégiature au nord-est de Rome, où la villa d'Este est considérée comme un des plus beaux exemples de jardins de la Renaissance.


tivoli_liege_1940.jpg  Cette photo, prise pendant l'occupation allemande de 1940 à 1944, est le document le plus ancien où j'ai pu lire le nom du café-restaurant Tivoli.

tivoli_liege_annees 1950.jpg  Dans les années 1950, l'immeuble Tivoli subit quelques modifications dont la suppression du fronton et des balcons. Ci-dessous, ce qu'il devenu dans la décennie suivante (la photo date de 1968) :
place saint-lambert_tivoli_liege_1968.jpg

place saint-lambert_liege_1960.jpgComparaison entre 1960 ▲ et 2015 ▼place saint-lambert_liege_2015.jpg

tivoli_liege_fin annees 1960.jpg

  L'immeuble du Tivoli-Bourse à la fin des années 1960▲ et la partie correspondante de l'espace Tivoli actuel ▼
espace tivoli_liege_2015.jpg

Rue du general jacques-liege-annees 60 (1).jpg                                       La rue du Général Jacques dans les années 1960.

rue du general jacques-liege-annees 60 (3).jpg  La rue de Général Jacques telle que je l'ai connue dans les années 1960, à l'époque de mes études secondaires à Saint-Barth, la rue des « fritures » et des cafés sympas. Dans le fond : la place du Marché.

 rue du general jacques-liege-annees 60 (2).jpgLa rue du Général Jacques vue cette fois depuis la place du Marché.

place du marche_liege_1978(1).jpg  La rue Sainte-Ursule (dont on devine l'entrée le long du palais) et la rue du Général Jacques en 1978, vues depuis la place du Marché.

 

ilot Tivoli_liege_1978.jpg  Les rues de Bex et du Général Jacques en 1978, vues depuis la place du Marché. Le trait rouge sert de repère pour établir une comparaison avec la photo actuelle qui suit :
espace tivoli_liege_2015(2).jpgLe trait rouge se retrouve aussi sur cette carte postale du début des années 1970 :place saint-lambert_liege_vue aerienne_debut annees 1970.jpg

tivoli_liege_1978.jpgLe Tivoli-Bourse en 1978 ▲ et le même endroit actuellement ▼palais_espace tivoli_liege_2015.jpg

ilot tivoli_liege_1978(2).jpg  1978. Les îlots situés entre la place Saint-Lambert et celle du Marché vont bientôt disparaître sous les coups des démolisseurs, comme en atteste la photo ci-dessous :
demolition ilot tivoli_liege_1979.jpg

   Les deux photos qui suivent montrent les démolitions, en 1979, de la rue du Général Jacques et de la rue Sainte-Ursule :
demolition rue sainte-ursule_liege_1979(1).jpgdemolition ilot tivoli_liege_1979(2).jpg

 

espace tivoli_liege_1982(1).jpg  L'espace Tivoli en 1982. La brasserie-restaurant Tivoli était devenue un lieu mythique de la vie liégeoise. Son nom a subsisté dans la mémoire collective pour désigner le terrain dégagé par les démolitions de la fin des années 1970.

espace tivoli_liege_1982(2).jpg1982 ▲ et de nos jours ▼histoire de liège,photos de liège,place saint-lambert,place foch,espace tivoli,tivoli-bourse,rue sainte-ursule,onze mille vierges,rue du general jacques,rue royale,rue sous la tour,rue de bex,société militaire

  En attendant que les autorités communales se décident à propos de son affectation définitive, l'endroit sert épisodiquement à l'une ou l'autre manifestation, comme le village de Noël :
histoire de liège,photos de liège,place saint-lambert,place foch,espace tivoli,tivoli-bourse,rue sainte-ursule,onze mille vierges,rue du general jacques,rue royale,rue sous la tour,rue de bex,société militaire

15/02/2015

Avant la place Saint-Lambert

  Au début du Moyen Âge, le site de l'actuelle place Saint-Lambert est occupé par une bourgade mérovingienne, construite en partie sur les ruines d'une ancienne villa romaine. Le sol fertile, le long de la Légia*, est exploité par une petite population rurale. Un oratoire**, près des chaumières, atteste de la christianisation des lieux.
* Ce ruisseau est aujourd'hui canalisé et souterrain. À l'époque évoquée, il dévalait d'Ans en suivant approximativement le tracé des actuelles rues Sainte-Marguerite, de l'Académie et de Bruxelles, puis se divisait en différents bras avant de se jeter dans la Meuse.
** Cet oratoire dédié aux saints Cosme et Damien, la légende en attribue la construction à Monulphe, évêque du diocèse Tongres-Maastricht dans la seconde moitié du VIe siècle.

 liege-village merovingien.jpg  Ci-dessus, le « leudicus vicus » (le « village public » de Liège), tel qu'imaginé dans la bande dessinée « Pays de Liège, vie d’une Église » (DUSART/VINK, ISCP-CDD, Lg 1984).

 Ci-dessous, le tracé de la Légia (en bleu) reproduit par Christian Hauglustaine sur un plan de 1770 (cliquez dessus pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre) :
plan_legia_liege_1770.jpg

saint_lambert.jpg


  Au début du VIIIe siècle, le diocèse de Tongres-Maastricht est dirigé par l'évêque Lambert. Quand celui-ci se déplace dans nos régions, il aime s'arrêter dans l'humble bourgade liégeoise pour prier et se reposer. Et c'est là qu'il est assassiné, avec son entourage, par les hommes d'armes de Dodon, haut fonctionnaire de l’État franc et membre d’un clan rival. La date habituellement retenue pour ce drame est le 17 septembre 705.

assassinat lambert.jpgCi-dessus, le martyre de saint Lambert représenté sur un panneau peint du XVe siècle.

Ci-dessous, la même scène sur une miniature du XIIIe :

martyre_saint-lambert.jpg

      La tradition rapporte que le premier réflexe de Lambert est un réflexe de guerrier : il s’empare d’un glaive, prêt à défendre chèrement sa peau. Puis il jette son arme, renonçant à tuer, et se retire dans la chapelle. Un des agresseurs grimpe sur le toit, arrache le revêtement, aperçoit l’évêque en prière et le frappe d’un coup de javelot.

 

  Lambert est d'abord inhumé à Maastricht, mais le lieu de son supplice attire les pèlerins, et on parle même de guérisons miraculeuses !

  L'évêque Hubert (705-727) fait bâtir à Liège un sanctuaire où sont transférées, vers 718, les reliques de son prédécesseur. Le culte voué au martyr prend tellement d'ampleur que la bourgade se transforme rapidement en une importante agglomération urbaine, qui finit par devenir le siège du diocèse en remplacement de Maastricht.

  L'édifice religieux dédié à Saint-Lambert,
desservi par un chapitre de chanoines, prend de l'ampleur et le rang de cathédrale. Incendié en 881 (ou 882) par les pillards normands, il est rapidement reconstruit, mais il ne retrouve pas son importance d'avant. L'évêque Éracle (959-971) envisage même d'installer, sur la colline du Publémont, son palais épiscopal et une nouvelle cathédrale dédiée à saint Lambert*.
* Ce projet n'aboutira pas.
L'église dont il initie la construction sur le Publémont, en 965, ne deviendra pas la cathédrale de Liège, mais la basilique Saint-Martin).

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  La photo ci-dessus représente les géants qui accompagnent Tchantchès et Nanesse lors des festivités du 15 août en Outremeuse. En font partie les évêques Lambert et Notger.

 
Placé sur le trône de saint Lambert par Otton Ier (empereur germanique de 962 à 973), l’évêque Notger (972-1008) reçoit une double mission : rétablir l’ordre à l’intérieur du diocèse de Liège, menacé par des seigneurs locaux, et se protéger des attaques extérieures.

  Otton II (973-983) accorde à Notger un privilège d’immunité générale qui fait de l’évêque le seul et unique maître de ses terres et de ses possessions. Liège n'est plus seulement la capitale d'un diocèse, mais aussi celle d'un État, une principauté épiscopale qui reste certes vassale du Saint-Empire, mais que le prince-évêque peut gérer en toute indépendance vu les pouvoirs temporels dont il dispose.

  Enrichi par les dons des souverains germaniques, Notger se lance dans un vaste programme de construction qui va remanier complètement la physionomie de Liège. Il fait construire ou achever plusieurs collégiales : Saint-Paul et Saint-Martin (commencées sous son prédécesseur Éracle), Sainte-Croix, Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Denis ; et dote la cité d’une enceinte fortifiée.

  À l'emplacement de l'actuelle place Saint-Lambert, il fait construire un palais épiscopal et une cathédrale dignes du nouveau statut de la cité.

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  La vignette de BD ci-dessus est extraite de l'album « Les aventures du pays de Liège de Notger à nos jours » (textes de Michel DUSART, dessins d'EMJY), édité par Casterman en 1980 à l'initiative de la CGER et de l'ASBL Millénaire de la principauté de Liège. Le prince-évêque Notger montre le chantier de la cathédrale au tout jeune empereur Otton III (le pronom « il » qu'il utilise dans la première phrase désigne le palais épiscopal qu'il a fait construire à côté de l'église).

 La cathédrale est dédiée à Notre-Dame et Saint-Lambert. Notger lui adjoint, accolée au côté sud, une église paroissiale baptistère appelée Notre-Dame aux Fonts.

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  Ci-dessus, une reconstitution de la cathédrale ottonienne de Notger, maquette réalisée par Pascal Mornac et exposée dans l'Archéoforum de Liège.

  Ci-dessous, deux illustrations de l'édifice remanié en style roman dans le courant du XIIe siècle :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romanehistoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  La maquette ci-dessus a été réalisée par Gustave Ruhl-Hauzeur (1856-1929). Elle présente les bâtiments du culte, mais aussi le cloître où séjourne la communauté des chanoines qui assistent l'évêque dans l'administration du diocèse.

  Dans la nuit du 28 au 29 avril 1185, un incendie se déclare dans l'une des maisons accolées au cloître*. Il se propage rapidement et dévaste le cœur historique de la cité, détruisant une grande partie du complexe religieux et endommageant même le palais. On raconte que les flammes ont fait rage pendant treize jours.
* C'est la version de Gilles d'Orval, moine cistercien de l'abbaye d'Orval,
connu au XIIIe siècle pour sa Gesta episcoporum Leodiensium (Histoire des évêques de Liège). Le chroniqueur liégeois Jean d'Outremeuse parle, lui, de l'imprudence d'un sonneur de cloches, qui a quitté son poste sans éteindre le foyer qui le réchauffait.

  Place Saint-Lambert, sur le mur à droite de l'Archéoforum, figure une ligne du temps résumant les grandes périodes de la cathédrale :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane


  La reconstruction de la cathédrale débute immédiatement après l'incendie, en utilisant une grande partie des fondations antérieures. On procède d'abord à des réparations d'urgence, suffisantes pour que l'archevêque de Cologne, en 1189, se déplace pour venir consacrer la partie restaurée du temple. En 1197, les reliques de saint Lambert, mises à l'abri lors de l'incendie (dans la collégiale Saint-Barthélemy), réintègrent les lieux.

 
Puis le chantier colossal va durer près de deux siècles et demi, pour en arriver, au milieu du XVe siècle, à une splendeur de l'art gothique, comparable en dimensions à Notre-Dame de Paris. En 1468, le sac de la ville ordonné par le duc de Bourgogne Charles le Téméraire n'affectera guère le monument au niveau architectural.

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  Exposée au musée du Grand Curtius, la reconstitution ci-dessus a été réalisée par Joseph de la Croix à la fin des années 1970 ; elle montre la cathédrale Notre Dame et Saint-Lambert à la fin du XVIIIe siècle.

 
Les tours jumelées, situées à l'ouest, datent du milieu du XIIIe siècle ; elles ont été appelées les tours de sable parce qu'elles ont été bâties en tuffeau, pierres jaunâtres extraites dans les environs de Maastricht.

  La grande tour (à l'emplacement de l'actuel espace Tivoli) a été terminée dans la troisième décennie du XVe siècle. Elle culmine à 135 mètres, à la même altitude que la colline de Sainte-Walburge. Sa flèche a été couverte de plomb doré au XVIe siècle.

  On remarque, au pied de la grande tour, le long du flanc sud de la nef, l'église baptistère Notre-Dame aux Fonts.

  Tout ce complexe religieux couvrait les actuels place Saint-Lambert et espace Tivoli, que l'on voit ci-dessous en 2008, dans le même sens que la reconstitution qui précède. Les pylônes métalliques symbolisent les colonnes intérieures de l'ancienne cathédrale :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane


  Pour mieux comprendre la configuration des lieux avant que la place Saint-Lambert n'existe, voici un plan de 1785, puis un dessin de Camille Bourgault présentant la situation en 1770 (cliquer sur ce dessin permet de l'agrandir dans une nouvelle fenêtre) :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romanehistoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  L'eau-forte coloriée ci-dessus, due à Johann Bergmuller en1734, propose une vision quelque peu fantaisiste de la cathédrale proche du palais des princes-évêques. Ci-dessous, le même endroit en 2005 :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  Ci-dessus, la cathédrale Notre Dame et Saint-Lambert en 1735, représentée par Remacle Le Loup dans « Les délices du Païs de Liège », telle qu'on la voyait depuis le palais des princes-évêques. C'est le même flanc nord que l'on retrouve dans la photo suivante, qui montre la maquette de bronze exposée dans la cour de l'hôtel Somzé, en Féronstrée (davantage de renseignements sur le site officiel de Liège) :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  À nouveau le flanc nord de la cathédrale à la fin du XVIIIe siècle (lithographie imprimée en 1850 par Cremetti d'après un dessin antérieur de Jean Deneumoulin). À l'avant-plan, on aperçoit la place du Vieux Marché, esplanade qui complétait la place du Marché dans sa vocation marchande, la plupart des immeubles servant au commerce. Remarquez à gauche la passerelle qui permettait au prince-évêque de se rendre de son palais à sa cathédrale. Ci-dessous, le même endroit de nos jours :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  Ci-dessus, la cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert vue depuis la place du Marché, à la fin du XVIIIe siècle (œuvre du peintre et dessinateur néerlandais Jan de Beyer). Ci-dessous, vus depuis le perron de l'hôtel de ville, les actuels place Saint-Lambert et espace Tivoli, à l'emplacement de l'ancienne cathédrale :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane

La révolution liégeoise

  À la fin du XVIIIe siècle, les Liégeois se sont attachés aux idées des philosophes qui, en France, critiquent l’ancien régime et demandent des réformes. Les idées nouvelles de liberté, égalité, fraternité, trouvent des adeptes de plus en plus nombreux.

 Esprit émancipé, le prince-évêque François Charles de Velbruck comprend son époque et les aspirations de son peuple. Il veut l’égalité de tous devant l’impôt et se montre partisan du principe de la souveraineté nationale. Il s’avère aussi un grand protecteur des arts et des sciences.

 Mais à ce prince éclairé, succède, en 1784, César Constantin François de Hoensbroeck, autoritaire, têtu, qui gouverne en s’appuyant uniquement sur le parti aristocratique. La situation de paysans et des ouvriers n’est guère enviable, les grèves et les rassemblements se multiplient ; le chômage et la mendicité sévissent. Bref, le peuple réclame plus de justice sociale.

 Le 14 juillet 1789, les Parisiens s’emparent de la Bastille. Le 4 août, l’assemblée nationale française supprime tous les privilèges et proclame la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Ces événements suscitent l’enthousiasme au pays de Liège, surtout dans la capitale, où le peuple envahit le 18 août l’hôtel de ville pour proclamer Fabry et Chestret comme bourgmestres populaires. Dans l’après-midi, le prince-évêque Hoensbroeck, ramené de son château de Seraing par la foule, feint de céder, mais le lendemain, il s’enfuit et appelle à l’aide les princes allemands contre ses sujets rebelles.

 Le 30 novembre 1790, des troupes, en majorité prussiennes, occupent la citadelle, et le 12 janvier suivant, l’armée de l’empire germanique entre à Liège, obligeant les patriotes les plus en vue à émigrer en France. Le retour de Hoensbroeck se manifeste par de multiples représailles.

 Le 22 septembre 1792, la république est proclamée en France. Notre grande voisine, à ce moment, est en guerre, car les souverains étrangers veulent y rétablir la monarchie. Le conflit se déroule en partie sur notre sol. Le 6 novembre 1792, le général français Dumouriez inflige à Jemappes une lourde défaite aux Autrichiens ; quelques jours plus tard, il entre à Liège au milieu de l’enthousiasme populaire.

 Les patriotes exilés rentrent avec l’armée française, tandis que le prince-évêque François Antoine Marie de Méan prend la fuite (Hoensbroeck est décédé quatre mois plus tôt). Une assemblée nationale liégeoise, élue par les citoyens, décide en février 1793 le rattachement de la principauté de Liège à la France.

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane
Les trois derniers princes-évêque de Liège : Velbruck, Hoensbroeck et Méan.

 
 Quelques jours plus tard, les armées françaises subissent un échec, et les Autrichiens réoccupent Liège, ramenant l’ancien régime et le prince-évêque. Restauration de courte durée, car le 26 juin 1794, les troupes républicaines de Jean-Baptiste Jourdan remportent la victoire de Fleurus. Les Autrichiens évacuent le 27 juillet.

 Le 1er octobre 1795, la principauté de Liège (ainsi d'ailleurs que le reste de la Belgique) est réunie à la république française. Liège devient le chef-lieu du département de l’Ourthe.

 

La démolition de la cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert

  Dans le contexte de la révolution liégeoise, il est décidé, dès fevrier 1793, de détruire cet édifice qui symbolise l'arrogance autoritaire de l'ancien régime. Mais un mois plus tard, la victoire autrichienne à Neerwinden (Landen, en Brabant flamand) entraîne le retour du prince-évêque et une période de répression.

  Quand les troupes républicaines françaises entrent à Liège fin juillet 1794, après avoir vaincu les Autrichiens à Fleurus, la démolition de la cathédrale revient à l'ordre du jour.

  En fait, cette démolition va s'accomplir lentement, car l'édifice est une mine à ciel ouvert que l'on exploite en fonction des circonstances et des besoins. Les plombs des toitures, cuivres et bronzes, sont envoyés à la fonderie « pour faire des balles pour exterminer les satellites des tyrans » ; les boiseries sont récupérées à des fins militaires ou de travaux publics ; les objets et matériaux sont vendus aux enchères... L'emplacement de l'actuelle place Saint-Lambert va rester un amas de ruines pendant près de trois décennies !

 histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane  Le dessin* ci-dessus montre les ruines de la cathédrale à l'extrême fin du XVIIIe siècle, vues depuis l'actuel îlot Saint-Michel. La grande tour a été détruite dès 1795, et les deux tours de sable le seront à partir de 1803. L'église Notre-Dame aux Fonts (la flèche) ne va pas tarder à disparaître elle aussi**.
* Les documents représentant les ruines de la cathédrale proviennent des collections artistiques de l'université de Liège et des archives du Vieux-Liège.
** Sauvée du désastre par des particuliers, la cuve baptismale de la fin du Xe siècle a été installée en 1804, après le Concordat, dans l'ancienne collégiale Saint-Barthélemy devenue église paroissiale.

   Ci-dessous, l'échafaudage entoilé, sur l'espace Tivoli en l'an 2000, symbolise le chœur oriental de la cathédrale disparue :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane

 

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforum  Napoléon Bonaparte est toujours premier consul quand il passe par Liège en août 1803. Un portrait peint par Ingres immortalise l'événement. À l'arrière-plan de ce tableau, on distingue les coteaux de la citadelle et la cathédrale Notre-Dame et Saint-Lambert. En réalité, celle-ci est déjà en ruines à cette époque, comme sur l'illustration qui suit. Napoléon, lors de sa visite, se serait d'ailleurs offusqué de la stupidité de cette destruction :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforum

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforumLa cathédrale délabrée vue du palais...

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforum… et de la place du Marché.

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforum  Les tours de sable n'existent plus. À l’arrière-plan, on aperçoit le clocher de l'ancienne collégiale Saint-Pierre et le campanile du palais.

  En 1811, Napoléon effectue à Liège une seconde visite officielle et s'irrite de revoir des ruines au lieu d'une place publique avec une statue monumentale de sa personne. En 1812, la municipalité adopte un plan d’aménagement du terrain, qui reçoit le nom de place Napoléon le Grand. Des adjudications sont lancées pour activer le déblaiement. Surviennent alors, en 1815, la défaite de napoléon à Waterloo et la décision du Congrès de Vienne d'attribuer la Belgique au royaume des Pays-Bas.

histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforum  Ce dessin de Jean-Noël Chevron montre les lieux en 1816. Les ruines imposantes ont disparu, mais de nombreux débris jonchent encore le sol. Un plan d'aménagement sera adopté en 1820, prévoyant des expropriations et un nivellement définitif du terrain. En 1827, le conseil de régence (le conseil communal sous le régime hollandais) officialise le nom de place Saint-Lambert, déjà utilisé depuis longtemps par la population.


* * * * *

 
  La photo qui termine cet article a été prise pendant les fouilles archéologiques de 1977-1984, recherches qui ont par ailleurs retardé le chantier d'aménagement de la place Saint-Lambert :
histoire de liège,liege,legia,place saint-lambert,cathedrale saint-lambert,saint-lambert,saint-hubert,notger,prince-eveque,principaute de liege,palais episcopal,eglise notre-dame aux fonts,cathedrale ottonienne,cathedrale romane,revolution liegeoise,régime français,napoleon,destruction cathedrale de liege,archeoforum

 Dans le sous-sol de la place, il existe depuis 2003 un espace dédié aux origines de Liège : l'Archéoforum, dont vous pouvez accéder au site Internet en cliquant ICI.

04/02/2015

L'ancien bassin de Commerce en Avroy

parc_avroy-liege-2009.jpg

   À l'emplacement du parc d'Avroy, se trouvait autrefois un bassin portuaire.

  Remémorons-nous d'abord le réseau hydrographique liégeois au XIXe siècle :
hydrographie_liege_1830.jpg  Commençons notre histoire en 1850. À cette époque, la rivière d'Avroy (A) et le bras de la Sauvenière (S) ont déjà été voûtés et transformés en boulevards. Le cours principal de la Meuse emprunte le tracé des actuels avenue Blonden (1), boulevard d'Avroy (2) et boulevard Piercot (3).

quai des augustins_liege_1850.jpg  Sur la vue ci-dessus, on retrouve les points (2) et (3) du plan précédent. À gauche, c'est le rivage d'Avroy un peu avant l'église des Augustins. Devant l’abbaye Saint-Jacques, la Meuse (actuel boulevard d'Avroy) forme un coude pour bifurquer vers la droite (actuel boulevard Piercot).

 
À titre de comparaison, voici le même coude de nos jours :
piercot_liege_2012.jpg

 

seminaire_liege_1850.jpg  L'illustration ci-dessus montre à contre-courant le tronçon de la Meuse devenu le boulevard Piercot. Les bâtiments mis en valeur sont ceux de l’ancien couvent des Prémontrés, affecté depuis 1809, par décret de l’empereur Napoléon, au grand séminaire et à la résidence de l’évêque de Liège. Vers la gauche, on remarque le débouché du bief de l’ancienne abbaye Saint-Jacques (déviation du courant de la Meuse pour alimenter les moulins de l'institution), et plus loin, l’église des Augustins, désacralisée à cette époque. La photo qui suit montre le contenu actuel du rectangle rouge, avec le boulevard Piercot qui porte ce nom depuis 1889 (le libéral Ferdinand Piercot a été bourgmestre de Liège à plusieurs reprises au XIXe siècle) :
bd piercot-liege-début XXe.jpg


La modification du tracé de la Meuse et la création d'un bassin de Commerce


  Au milieu du XIXe siècle, la ville de Liège reste soumise aux caprices de la Meuse et de l’Ourthe. C’est tantôt la hauteur d’eau qui est insuffisante pour supporter les bateaux, tantôt la force du courant qui provoque de désastreuses inondations. Coudes et méandres, en outre, rendent la navigation difficile, voire périlleuse.

  Ces conditions nuisent à la salubrité publique*, mais aussi au développement économique de la région, le transport fluvial ne permettant pas les relations commerciales dont a besoin le bassin industriel liégeois en plein essor.
*
Les inondations aggravent les problèmes d’hygiène. En 1849, par exemple, une épidémie de choléra fait des ravages parmi la population (près de 2000 morts sur 80000 habitants). Une autre sévira en 1854-55, au début des grands travaux de la Dérivation, le monde politique et médical se réjouissant de leur avancement pour éradiquer une des causes du fléau.

  Les terres d’Avroy, de Sainte-Véronique à Fragnée, se développent considérablement depuis l’installation en 1842 d’une station de chemin de fer aux Guillemins. Il arrive pourtant que des crues y sévissent plusieurs fois par an, le phénomène s’étant accentué depuis la suppression de la rivière d’Avroy et du canal de la Sauvenière, lesquels amortissaient le trop-plein. L’île Colette constitue un obstacle pour les bateliers, et la courbe trop prononcée au niveau de l’ancienne abbaye Saint-Jacques cause de nombreux accidents de navigation.

ile colette_liege_1840.jpg  L'aquarelle ci-dessus, réalisée vers 1840 par Joseph Fussell, nous montre l’île Colette, formée par des atterrissements successifs et immergée pendant les périodes de haut débit. Cet obstacle à la navigation s'étendait du Petit Paradis à l'actuelle rue des Guillemins, sur la longueur donc de l'actuelle avenue Blonden. L'église désignée par la flèche est celle de l'ancienne abbaye Saint-Jacques, très schématisée. On la retrouve au centre du dessin suivant, en 1850, là où la Meuse décrit vers la droite une courbe considérée dangereuse par les bateliers :
quai_avroy_liege_1850.jpg

  Dès 1846, l’ingénieur Kümmer, des Ponts et Chaussées, présente un plan ambitieux pour redresser le tracé de la Meuse et aménager un canal parallèle (la « Dérivation ») qui remplacerait aussi, vers Outremeuse, les nombreux diverticules de l’Ourthe. Les débats s’éternisent à cause des budgets, mais les inondations de 1850 imposent l’urgence d’une décision : le plan Kümmer est adopté l’année suivante, malgré l’opposition des adversaires politiques qui ironisent sur la « dérivation du Trésor public dans la Meuse ». Ces travaux gigantesques débutent en 1853 et vont durer dix ans.

derivation_liege_1890.jpg  La photo ci-dessus ne date pas de la création de la Dérivation, mais de travaux de canalisation et d'approfondissement réalisés en 1890.

plan kummer_liege_amenagement meuse_1851.jpg  Ce détail du plan Kümmer montre le tracé de la Dérivation (les flèches rouges) et le redressement de la Meuse en Avroy (en bleu), avec la création d’un bassin de commerce.

  Entre le début de l’île Colette (1) et le pont de la Boverie (2) – on dirait, de nos jours : entre le lieu-dit Paradis et le pont Kennedy – le cours de la Meuse est rectifié pour supprimer le coude brusque et dangereux à la hauteur de Saint-Jacques (3). Parallèlement, on aménage un vaste plan d’eau de quatre hectares pour servir de bassin de commerce (4). En quelque sorte : le premier port fluvial de Liège. Deux chenaux équipés d’écluses en assurent les débouchés vers la Meuse. Il est même prévu, dans les projets initiaux (mais jamais concrétisés), d’installer à proximité de grands entrepôts et une station de chemin de fer (5) en remplacement de la gare des Guillemins.

  Le nouvel aménagement des lieux crée une île (6) qui, par analogie avec le bassin portuaire, prend le nom d’île de Commerce : quinze hectares appartenant à l’État, terrain vague, marécageux, inculte, mais promis à un avenir économique considérable.

plan_bassin de commerce_liege-1861.jpg  Ce plan communal de 1861 montre le bassin de Commerce s’étendant des Augustins à la rue des Guillemins. La flèche indique le sens du regard pour découvrir cette pièce d’eau telle qu’elle est représentée sur la peinture ci-dessous, qui date de 1872 :
bassin de commerce_liege_1872.jpg  Les trois arbres à l’avant-plan, font partie des plantations qui ornent le quai Cockerill, le long du chenal d’accès. Ce quai rend hommage, en cette période d’essor industriel, au fondateur de la célèbre métallurgie établie depuis 1817 à Seraing. En 1889, après la suppression du bassin et le comblement du canal, il laissera place au boulevard Piercot. À droite, la maison pontonnière et le quai d’Avroy.

pont tournant_avroy_liege.jpg  Le chenal devenu le boulevard Piercot, le voici arrivant au quai d’Avroy, à la hauteur de l’ancienne église des Augustins devenue celle du Saint-Sacrement. Le pont tournant est un des quatre qui permettent d’accéder sur l’île de Commerce (voir plan plus haut). Les peupliers, à droite, seront bientôt abattus pour permettre l’installation en 1867-1868 d’une statue monumentale représentant Charlemagne à cheval.

michel orban_bassin de commerce_liege_1877.jpg  La statue équestre de Charlemagne, on la voit sur la gauche de ce dessin de 1877. Amarré le long du quai Cockerill, le bateau muni de roues à aubes est le Michel Orban (produit par la maison Orban de Grivegnée) ; il s’agit d’un navire à vapeur assurant depuis 1858 une ligne régulière entre Liège et Seraing. Ce genre de transport disparaîtra au début du XXe siècle à cause du développement des trams urbains et des chemins de fer.

 

La fin du bassin et de l’île de Commerce


  Le bassin portuaire s’avère très vite mal adapté aux besoins des bateliers, contraints à de nombreuses manœuvres difficiles. Les bourgeois d’Avroy, en outre, se plaignent de l’aspect inesthétique de cette zone aux eaux sales le long de leur promenade favorite.

  Quant à l’île de Commerce au nom prometteur, elle reste inexploitée, les débats s’éternisant à propos de son affectation définitive.

bassin de commerce_liege_fin XIXe.jpg  Ci-dessus, à l'arrière du bassin de Commerce, ce sont les immeubles du quai de Cockerill (futur côté pair du boulevard Piercot). L'église dont on voit la toiture est Saint-Jacques.

bassin de commerce_liege_1870.jpg  Le bassin de Commerce vers 1870. À droite, les bateaux à vapeur sont amarrés le long de l’île du Commerce. La flèche indique le sens du chenal longeant le quai Cockerill, de l’église Saint-Jacques jusqu’à celle de l’évêché.

ile de commerce_liege_1877.jpg  L’évêché, on le retrouve sur la gauche de cette vue de 1877, au confluent du chenal et du nouveau tracé de la Meuse, à l’approche du pont de la Boverie (l’actuel pont Kennedy). À l’avant-plan, l’île de Commerce est laissée à l’abandon.

  On y croit, pourtant, à l’avenir de cette île ! En 1859, l’édilité liégeoise défend toujours l’idée d’y transposer la gare de chemin de fer que Kümmer envisageait déjà en 1851 à proximité du bassin*. De 1864 à 1866, un pont est construit pour la relier au quartier de Boverie, compris entre la Meuse et sa Dérivation, quartier chic en plein essor, avec un parc et un projet de jardin d’acclimatation.
*
Opposé à cette espérance, l’État préférera agrandir la gare des Guillemins et projeter la création d’une autre gare plus près du centre-ville, à côté du palais de justice.

premier pont de commerce_liege.jpg  La carte postale ci-dessus présente le premier pont de Commerce, reliant l'île de Commerce délaissée (à gauche) et le quartier de la Boverie.

  En 1867, la Ville rachète l’île à l’État dans l’espoir d’exploiter enfin ce terrain jusque-là inutile, mais le projet est désespéré. L’endroit est fort marécageux, et de surcroît isolé du reste de la ville à cause des ponts tournants constamment ouverts à cause du passage incessant des bateaux.

ile de commerce_liege_1869.jpg  Ce dessin de 1869 représente des masures sur le terrain vague de l’île de Commerce. À l’arrière-plan, au-delà du bassin,on aperçoit les immeubles du quai d’Avroy (à gauche) et du quai Cockerill (à droite).

  Aussitôt l’île acquise par la Ville, plusieurs plans sont proposés pour réaménager les lieux. En 1868, les autorités communales adoptent celui de leur directeur des travaux publics, Hubert Guillaume Blonden, qui ne voit d’avenir pour ces terrains que s’ils sont rattachés à la terre ferme grâce à la suppression du bassin portuaire inadapté.

  Diverses tracasseries administratives, financières et judiciaires entraînent d’importants retards : le projet de Blonden, remanié, n’est réalisé qu’à partir de 1876.

blonden_caricature.jpg  Cette illustration provient du journal satirique « Le rasoir » (feuille liégeoise ayant publié de nombreuses caricatures politiques de 1859 à 1889). Évoquant la statue de Charlemagne sise en Avroy, elle se moque de Blonden qui agit en maître incontesté, menant le conseil communal par le bout du nez.

parc d'aveor_liege-fin XIXe.jpg  Le comblement du bassin de Commerce est terminé en 1879. L’espace récupéré est utilisé pour ouvrir au public un vaste parc dessiné par le paysagiste allemand Édouard Keilig, déjà sollicité à Bruxelles, dès 1861, pour l’aménagement du bois de la Cambre.

  Le plan de Blonden, outre l’aménagement de ce parc public, prévoit aussi la création, dès 1876, à l’emplacement de l’ancienne île de Commerce, d’un quartier résidentiel bourgeois dont le cœur s’appellera les Terrasses, squares aménagés en jardins classiques autour de deux bassins d’eau. Une artère parallèle à l’avenue d’Avroy, de l’autre côté du parc, sera percée dès 1879 pour desservir ce nouveau quartier luxueux : elle est baptisée avenue Rogier, du nom du célèbre avocat liégeois qui a joué un rôle essentiel lors de l’indépendance de la Belgique en 1830.

 
Mais ces transformations feront l'objet d'autres histoires dans d'autres articles...

25/12/2014

Le Pont d'Avroy

pont d'avroy-liege-aout_2008.jpg

  L'appellation « Pont d'Avroy* » rappelle qu'il existait là autrefois un pont enjambant un bras de la Meuse.
*« Avroy », « Avreû » en wallon, viendrait du bas latin « arboretum », servant à désigner un lieu planté d’arbres. Au Moyen Âge, on désigne ainsi la forêt qui, des collines de Saint-Gilles et de Cointe, descend jusqu’à la Meuse.

 Bing Maps.jpgLe lieu-dit Pont d'Avroy de nos jours ▲ et le pont d'Avroy au milieu du XVIIe siècle
(gravure de Julius Milheuser) ▼
milheuser 1649.jpg

Remémorons-nous le réseau hydrographique liégeoise d'antan grâce à ce plan de 1730 :

hydrographie-meuse-ourthe-liege-1740.jpg  La Meuse se sépare en plusieurs branches à la hauteur de la chapelle du Paradis (1). La flèche représente le tracé actuel, à l’emplacement d’un bras qu’on appelle alors le Polet, mais le cours le plus important à l’époque suit les actuels avenue Blonden (2) et boulevard d’Avroy (3). Aux abords de l’église des Augustins (4), le fleuve se scinde encore : son lit principal préfigure le boulevard Piercot (5), de l'abbaye de Saint-Jacques (6) à  celui des Prémontrés* (7), tandis qu’un diverticule décrit une vaste boucle devenue aujourd’hui les boulevards d’Avroy (8) et de la Sauvenière (9), boucle qui circonscrit le quartier de l’Isle (l’Île) ; dès l’actuelle place de la République française (10), et surtout après le pont d’Île, ce bras se divise en de multiples ramifications, zone remplacée de nos jours par les quartiers Régence et Université (11).
* Siège actuel de l'évêché.

aveline-liege-1689.jpg  Cette vue de Liège en 1689 est l’œuvre du graveur parisien Pierre Alexandre Aveline. Elle présente le quartier de l’Île (1), auquel on peut accéder par le pont d’Avroy (2) ou le pont d’Île (3). En amont du pont d’Avroy, le bras de la Meuse est la rivière d’Avroy (4), qui commence à la hauteur de l’église des Augustins (5), là où le cours principal de la Meuse bifurque par l'actuel boulevard Piercot (6). En aval, il s'agit du canal* de la Sauvenière (7), qui deviendra boulevard dans les années 1840.
* Si le bras de la Sauvenière est souvent qualifié de canal dans les documents anciens, c’est parce que son cours naturel a été aménagé par l’homme dès la fin du Xe siècle, sous le règne du premier prince-évêque Notger.

 

  Le pont d’Avroy, destiné à relier l’Île au faubourg Saint-Gilles, a probablement été construit au XIe siècle. Le chroniqueur Jean d’Outremeuse, en tout cas, signale son existence sous le règne du prince-évêque Réginard (1025-1037). Dès le XIIIe siècle, l’entrée de la ville y est protégée par une porte fortifiée, dans le cadre des nouvelles murailles qui sécurisent désormais le quartier de l’Île.

pont d'avroy-liege-1648.jpg  En 1468, la porte d’Avroy est assiégée et détruite lors du sac de Liège ordonné par Charles le Téméraire. Le pont, lui aussi, subit d’importants dommages. La tradition raconte que cinq ans plus tard, on nettoie toujours le lit de la rivière encombré par des amas de pierres.

aquarelle_liege_XVIe.jpg  L'aquarelle ci-dessus date du XVIe siècle, au cours duquel l’ouvrage souffre de diverses crues et débâcles, notamment en 1514 et 1571.

 
En 1643, le pont ne résiste pas à de terribles inondations, d’autant plus qu’il est fragilisé par les maisons qu’on a laissé construire sur le tablier. Il est à peine restauré, en 1649, quand un autre épisode, guerrier cette fois, va l’ébranler. Cette année-là, le prince-évêque Ferdinand de Bavière, pour mâter une révolte populaire, fait appel à des troupes allemandes commandées par le baron Othon de Spaar. Ce général bavarois fait élever des batteries de canons du côté des actuels Guillemins et ordonne un feu meurtrier en direction du pont d’Avroy.

porte d'avroy-liege-XVIIe.jpg  Reconstitution de la porte d’Avroy au début du XVIIe siècle. On la surnomme la porte « à la voûte noire », car l’arcade donne accès à un couloir étroit et obscur. Le passage est gardé militairement, avec une prison annexe. Des trois tourelles qui surmontent l’édifice, deux se sont écroulées peu après le bombardement de 1649.


  Dès 1808, sous le régime français, le canal de la Sauvenière voit son lit considérablement rétréci avec l’aménagement du quai Micoud*.
* du nom de son concepteur : le baron Charles-Emmanuel Micoud d’Umons, préfet du département de l’Ourthe.

quai micoud_sauveniere_liege_1814.jpg  L'aquarelle ci-dessus (Musée d'Art Religieux et d'Art Mosan, Grand Curtius Liège) date de 1814. On y aperçoit le quai Micoud. Les soldats qui y défilent appartiennent aux troupes prussiennes se préparant à affronter Napoléon.

  La construction du quai Micoud et le rétrécissement du canal ont bien sûr des répercussions sur le pont d’Avroy, qui est limité à une seule arche en 1812. Cette même année, l’ancienne porte fortifiée est détruite, et ses pierres sont utilisées pour renforcer le mur d’eau du quai toujours en construction. Les derniers débris de muraille disparaîtront totalement en 1817.

pont d'avroy-liege-1826.jpg  Le dessin ci-dessus (lavis de Charles Remont d'après Henry Renardy) représente les lieux en 1826. En aval du pont d’Avroy réduit à une seule arche, la rangée d’arbres du quai de la Sauvenière* permet de deviner le tracé de l’étroit canal du même nom. À l’avant-plan, la rivière d’Avroy apparaît plus large, mais moins bien entretenue. Il existait pourtant là, autrefois, au pied de la rue Saint-Gilles, un port où accostaient des nefs marchandes.
* Nouveau nom du quai Micoud depuis la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815.

 

  Au début du XIXe siècle, la rivière d'Avroy et le canal de la Sauvenière sont devenus des égouts à ciel ouvert. La première sera voûtée de 1831 à 1835 ; le second connaîtra le même sort dès 1844.

pont d'avroy-liege-1815.jpg  Ci-dessus, le pont d’Avroy en 1815. Ci-dessous, le même endroit en 1880. L'appellation « Pont d'Avroy » est restée pour désigner ce carrefour à l'intersection des boulevards d'Avroy et de la Sauvenière :
pont d'avroy-liege-1880.jpg  À droite, à l'angle de la rue Pont d'Avroy et du boulevard d'Avroy, il existe un café qu’on a d’abord appelé « des Boulevards » vu la nouvelle configuration des lieux. À gauche, le jardin grillagé et l’urinoir public vont bientôt faire place à un hôtel qu’on appellera le Métropole.

 

pont d'avroy-liege-début XXe.jpg  Ci-dessus, le Pont d'Avroy à l'aube du XXe siècle. À gauche de la rue Pont d'Avroy, se dresse l'hôtel Métropole, que l'on retrouve sur les photos qui suivent :
hotel metropole-liege.jpg

pont d'avroy-liege-1900(1).jpg

pont d'avroy-liege-1900(2).jpg

hotel metropole-pont d'avroy-liege-debut XXe.jpg  À l'autre angle de la rue Pont d'Avroy, l’ancien café des Boulevards est devenu le café de la Brasserie Grétry (voir photo suivante). Il disparaîtra quand la rue du Pont d’Avroy sera élargie et rectifiée à la veille de l’Exposition universelle de 1905.

brasserie gretry-liege-1900.jpg

 

chantier galeries pont d'avroy-liege-1904.jpg  Cette carte postale de 1904-1905 poursuit incontestablement le but de valoriser le boulevard, avec l’hôtel Métropole, le terre-plein arboré, l’arrêt du tramway électrique et son kiosque à journaux… Mais la palissade, sur la droite du document, signale le début d’un chantier, celui d’un bâtiment commercial d’un style novateur : les galeries du Pont d’Avroy.

  C'est le négociant Paul Ollier qui a acheté ce terrain en 1904 pour y faire ériger un bazar. À la veille de l'Exposition universelle de 1905, il sait que le boulevard est le lieu de promenade à la mode et que la rue Pont d'Avroy est appelée à devenir une artère commerçante importante. Comme architecte, il choisit Paul Jaspar, partisan de l'Art nouveau. Des problèmes à propos de l'obtention du permis de bâtir vont retarder le chantier, qui ne commencera qu'en janvier 1905 et durera 7 mois.

galeries du pont d'avroy-liege-1905.jpg▲ Le bâtiment surprend par la modernité de sa construction, qui allie le verre et le métal, l’ensemble présentant une apparence avant-gardiste osée▼
galeries pont d'avroy-liege-1905.jpg

regina-pont d'avroy-liege-1908.jpg  Dès 1908, on annonce l’ouverture d’un café-restaurant qu'on appellera le Régina, nom qui restera pour désigner l'ensemble de l'immeuble. Est-ce pour « faire moderne » que l’aubette Belle Époque a été remplacée par une espèce de fortin ?

regina-pont d'avroy-liege-debut XXe.jpg

regina-pont d'avroy-liege-1910.jpg  Le Régina dans toute sa splendeur initiale. On y donne aussi des concerts, et la terrasse, sur le toit, constitue une piste de danse à la mode.

terrasse-regina-liege-1910.jpg  Ces deux élégantes se trouvent sur la terrasse supérieure du Régina. Derrière elles, on aperçoit l'hôtel Métropole... à moins qu'il ne s'agisse déjà du Grand Hôtel Verlhac, puisque l'établissement a changé d'appellation entre 1905 et 1908 semble-t-il. Ci-dessous, un papier à en-tête du Grand Hôtel Verlhac en 1908 :
hotel verlhac-liege-1908.jpg

regina-hotel verlhac-liege-debutXXe.jpgLe Grand Hôtel Verlhac et le Régina vers 1910.

pont d'avroy-liege-1927.jpg  Dans les années 1920, le Grand Hôtel Verlhac est devenu le Grand Hôtel des Boulevards, rehaussé de deux étages. Quant au Régina, dont le style trop moderne ne plaît déjà pas à tout le monde, il présente une façade recouverte d’envahissantes publicités. À l’approche de l’Exposition internationale de 1930, qui va attirer de nombreux touristes, le conseil communal regrette qu’on ne puisse contraindre le propriétaire à améliorer l’aspect déplorable de l’immeuble.

 

pont d'avroy-fontaine-liege-1930.jpg  Est-ce pour compenser la laideur qu’elles reprochent au Régina que les autorités communale font installer une fontaine lumineuse installée à l'occasion de l'Exposition internationale de 1930 ?

 

pont d'avroy-liege-fin annees 1930.jpg  Le Régina à la fin des années 1930. Ironie du sort : à la veille de la seconde guerre mondiale, le premier étage du Régina est occupé par le Tyrol, une taverne Oberbayern à la mode.

 Pour comprendre le monticule pierreux servant de rond-point, il faut se référer à la photo suivante, qui le présente dans l’autre sens :
horloge fleurie pont d'avroy-liege-fin annees 1930.jpg  La fontaine des années 1920 a été remplacée par une horloge dont le cadran est constitué d’un parterre fleuri, aux motifs qui changent régulièrement, au gré des saisons et des floraisons.

carrefour pont d'avroy-liege-1939.jpg
Le carrefour du Pont d'Avroy en 1939.

pont d'avoy-liege-bunker.jpg  Lors de l’occupation allemande en 1940, l’horloge est remplacée par un bunker, qui sera détruit à la Libération comme son semblable établi place du Théâtre, à l’autre bout du boulevard de la Sauvenière.

 

pont d'avroy-liege-1951.jpg  Le Régina de 1905 vit ici ses dernière années. Il sera démoli en 1956 pour céder la place à un building à la mode du temps. La photo suivante permet la comparaison avec 1962 :
pont d'avroy-liege-1962.jpg

 

buildings regina et hazinelle-liege-1960.jpg  Cette photo date de 1960. L’Exposition universelle de Bruxelles, deux ans plus tôt, a déclenché une période d’innovations technologiques et de modernisation à outrance. Le nouvel immeuble Régina est l’œuvre de l’architecte Jean Poskin, qui collaborera, dix ans plus tard, à la conception de la tour Kennedy. À sa droite, se dresse l’une des façades du complexe scolaire que l’échevinat de l’instruction fait construire rue Hazinelle. L’institut Hazinelle est dû à Jean Moutschen, architecte municipal qui a également conçu, entre autres, le lycée Léonie de Waha.

regina et hazinelle-liege-1962.jpg  1962. Le Régina new look a été inauguré l’année précédente ; l'école Hazinelle, toujours en chantier, ne le sera qu’en 1964.

hotel boulevards liege-pont d'avroy-1962.jpgLe Grand Hôtel des Boulevards et la rue Pont d'Avroy en 1962.

pont d'avroy-liege-annees 60.jpg  Le Pont d’Avroy dans les années 1960, témoin de la cohabitation forcée entre le patrimoine du XIXe siècle et le modernisme de la seconde moitié du XXe.

incendie hotel boulevards liege 21 aout 1974.jpgL'incendie du Grand Hôtel des Boulevards le 21 août 1974.

pont d'avroy-liege-1974.jpg  Cette dia a été prise le surlendemain du sinistre. Les fenêtres aux vitrages explosés témoignent du ravage intérieur.

pont d'avroy-liege-1977.jpg  Un nouvel immeuble est en cours de construction, dès 1977, pour remplacer le Grand Hôtel des Boulevards. Essentiellement résidentiel, il conserve un rez-de-chaussée voué à l’Horéca. Le Régina a désormais son pendant moderne, mais beaucoup moins élevé.

pont d'avroy-liege-1978.jpgLa rue Pont d'Avroy en 1978.

pont d'avroy-liege-2007.jpgFin 2007, le Pont d'Avroy est agrémenté d'artistiques parasols colorés.

 

Cliquez ICI pour découvrir des vues du Pont d'Avroy (août 2008) prises notamment depuis les buildings Régina et Hazinelle.

 

 

Pour davantage de renseignements concernant
les anciens bras de la Meuse devenus boulevards :

cover.jpg

08/11/2014

Le chantier de la gare Calatrava - Liège Guillemins

  La nouvelle gare des Guillemins, à Liège, est l’œuvre de l'architecte espagnol Santiago Calatrava Valls. Sa construction a marqué la première décennie du XXIe siècle.

1960... gare des Guillemins Liège.jpg  La gare des Guillemins précédente datait de 1958. On la voit ci-dessus dans les années 1960 et ci-dessous vers 1975 :
1975...gare des Guillemins Liège.jpg


 L'évolution du chantier de la gare Calatrava
:

 

2003-08-08 chantier gare des Guillemins Liège.jpg8 août 2003.

 

2003-12-06 chantier gare des Guillemins Liège.jpg6 décembre 2003.

 

2004-08-28 chantier gare des Guillemins Liège.jpg28 août 2004.

 

2004-10-23 chantier gare des Guillemins Liège.jpg23 octobre 2004.

2004-12-31 chantier gare des Guillemins Liège.jpg31 décembre 2004.

2005-04-30 chantier gare des Guillemins Liège.jpg30 avril 2005.

2005-06-18 chantier gare des Guillemins Liège.jpg18 juin 2005.

2006-07-01 chantier gare des Guillemins Liège.jpg1er juillet 2006.

2006-10-07 chantier gare des Guillemins Liège.jpg7 octobre 2006.

2007-06-07.jpg7 juin 2007.

2007-08-18 chantier gare des guillemins Liège.jpg18 août 2007.

2007-08-18 vieille gare des GuilleminsLiège.jpg18 août 2007.

2007-08-20 vieille gare des Guillemins Liège.jpg20 août 2007.

2007-08-30 démolition vieille gare des Guillemins Liège.jpg30 août 2007.

2007-09-22 chantier gare des Guillemins Liège.jpg22 septembre 2007.

2008-03-28 chantier gare des Guillemins Liège.jpg23 mars 2008.

2008-08-09 chantier gare des Guillemins Liège.jpg9 août 2008.

2012-08-11 chantier gare des Guillemins Liège.jpg11 août 2012.

25/09/2014

La rue et la passerelle de la Régence, l'hôtel des Postes

  Aidons-nous de cette vue (Julius Milheuser, 1649) pour vous rappeler le réseau hydrographique liégeois d'antan :
vue-liege-milheuser-1649.jpg  La Meuse, qui coule alors à l'emplacement du boulevard d'Avroy, se scinde aux abords de l'église des Augustins (1). Son cours principal préfigure le boulevard Piercot (2), tandis qu’un diverticule décrit une vaste boucle qui circonscrit le quartier de l’Isle (l’Île) ; ce bras de la Sauvenière (3), après le pont d’Île (4), se divise en de multiples ramifications, zone remplacée de nos jours par les quartiers Régence (5) et Université.

  Rapprochons-nous des lieux qui nous font l'objet de cet article :
milheuser-pont d'île liege 1649.jpg1. La collégiale Saint-Paul / 2. Le couvent des Dominicains / 3. Le pont d'Île / 4. La place aux Chevaux (future place de la République française) / 5. La place Verte / 6. La cathédrale Saint-Lambert (future place du même nom) / 7. La collégiale Saint-Denis / 8. Le bief Saint-Denis (future rue de la Régence) / 9. Le collège des Jésuites wallons (à l'emplacement de l'université de Liège).

  Voici les mêmes endroits sur un plan de 1720 (dû au jésuite Christophe Maire). Cliquez sur l'image pour l'agrandir dans une nouvelle fenêtre. Le coloriage bleu permet d'identifier le bief Saint-Denis devenu la rue de la Régence :
plan-liege-1720.jpg

place aux chevaux-liege-XVIe.jpg  Ci-dessus, le canal* de la Sauvenière et la place aux Chevaux au XVIe siècle, vus depuis le pont d'Île.
* Ce bras de la Meuse est souvent appelé « canal », dans les documents anciens, parce que son cours naturel a été rectifié et approfondi à la fin du Xe siècle, sous le règne du premier prince-évêque Notger.


  Ci-dessous, le même endroit en 1835, après voûtage des bras de la Meuse et création de la place du Spectacle (voir page consacrée au quartier de l'Opéra) :
place du theatre-liege-1850.jpg  L'immeuble de droite, sur la gravure ci-dessus, bâti en 1830 à l'angle des rues de l'Université et de la Régence, a primitivement appartenu à Dominique Avanzo, éditeur et marchand d'estampes. Ce lien mène à un plan de Liège publié par lui en 1838.

pont d'ile-liege-1820.jpg  Ce dessin du britannique George Arnald, gravé par son compatriote Samuel William Reynolds, représente le pont d'Île vers 1820, lequel ne comporte plus que trois arches sur les onze d'origine (le reste de l'ouvrage, bordé de maisons, est devenu une rue). La fontaine datant du XVIIIe siècle disparaîtra en 1848.

  Voici le même endroit en 1975 et 2014 :
pont d'ile-liege-1975.jpg

pont d'ile-liege-2014.jpg

 

pont torrent-liege-1820.jpg  Ce dessin de George Arnald, gravé par Charles Turner, représente le bief Saint-Denis avant 1825, avec le pont du Torrent. La tour dont on voit le sommet sur la gauche est celle de la collégiale Saint-Denis.

  Ci-dessous, la rue de la Régence actuelle :
rue de la regence-liege-2014.jpg


  Au début du XIXe siècle, le bief Saint-Denis, fortement réduit par les atterrissements, n'est plus qu'un cloaque infect rempli d'ordures et dégageant des odeurs malsaines*. En 1823, de nouvelles plaintes de la part des riverains poussent les autorités communales à envisager la transformation du vieux bief en canal voûté, avec l'aménagement en surface d'une nouvelle artère (il en est de même pour le bief Saint-Jean qui deviendra la rue de l'Université)**. Le chantier débute en 1825 pour se terminer en 1829, après diverses modifications apportées au projet, notamment en ce qui concerne la largeur de la voirie.
* Jusqu'au XVIIIe siècle pourtant, le courant a permis d'activer deux moulins de la collégiale Saint-Denis.
** C'est aussi l'époque où on projette la création de la rue de la Cathédrale.

 
Sous le régime hollandais, le terme « Régence » désigne l'autorité communale. La nouvelle rue porte donc le nom de l'institution politique qui l'a créée.



*  *  *  *  *

  Les cartes postales anciennes qui suivant nous montrent la rue de la Régence au début du XXe siècle. Quelques vues actuelles permettent la comparaison avec la situation actuelle :

rues regence universite-liege-debut XXe.jpg  À l'angle des rues de la Régence et de l'Université, la maison Avenzo a laissé place au magasin Mauguin.

rue regence universite-liege-2014.jpg

rue de la regence-liege-debut XXe(2).jpg

rue de la regence-liege-debut XXe(1).jpg

rue de la regence-liege-2014(2).jpg


rue de la regence-liege-debut XXe(3).jpg  À l'emplacement indiqué par la flèche, s'ouvre la rue Pont-Thomas, dénommée ainsi en souvenir d'un ancien pont sur le bief Saint-Denis.

rue de la regence-liege-la wallonie_1925.jpg  En 1922, le journal quotidien La Wallonie acquiert l'immeuble désigné par la flèche. La petite photo* montre cet immeuble en 1925, agrandi et transformé par l'architecte Jean Moutschen.
* Photo extraite du site de l'Institut liégeois d'histoire sociale.

 

rue de la regence-liege.jpg  Sur la photo de gauche (années 1940, tout début 50), le Priba est entouré des cinémas l'Américain et le Mondain.

rue de la regence-liege-tram vert.jpg  Un tram vert SNCV et un bus de la STIL au milieu des années 1960. Le cadre de cette scène est figuré en rouge sur la photo suivante :
rue de la regence-liege-2014(3).jpg


L'hôtel des Postes (ou Grand-Poste)

  Au milieu des années 1890, une série d'immeubles sont abattus à l'angle de la rue de la Régence et du quai sur Meuse, ainsi que dans le quartier voisin du Chaffour*. Tous les décombres doivent être enlevés pour mai 1896, date à laquelle commence la chantier du nouvel hôtel des Postes.
* Le quartier des fours à chaux (la rue Florimont, initialement « flairmont », rappelle l'ambiance odorante de ces installations). Il s'agit à cette époque d'un quartier fort populeux et insalubre qu'il est temps d'assainir.

quai sur meuse-halle-liege-1890.jpg  Les bâtiments que l'on aperçoit dans le fond, sur ce cliché de 1890, sont ceux situés à l'angle de la rue de la Régence et du quai sur Meuse. À l'avant-plan, il s'agit du marché aux légumes qui se tient là, à l'époque, tous les matins.

  Ci-dessous, le même endroit de nos jours :
grand-poste_liege_2014.jpg

 

quais sur meuse-liege-1890.jpg  Ci-dessus, les cafés et hôtels du quai sur Meuse qui ont été détruits pour permettre la construction de la Grand-Poste, que l'on voit en chantier ci-dessous :
construction grand-poste_liege.jpg

 

rue de la regence-liege-1890.jpg  Ci-dessus, le marché en 1890. À comparer avec les deux photos suivantes, prises pendant la construction de l"hôtel des Postes :
rue de la regence-liege-1900.jpg
marche-construction grand-poste_liege-1900.jpg

 

passerelle-construction grand-poste_liege_1896-1901.jpgL'hôtel des Postes inachevé, vu depuis la passerelle de la Régence.

grand-poste_liege_1905.jpg  L'hôtel des Postes tout neuf, édifié dans un style ogival XVIe siècle, selon les plans de l'architecte Edmond Jamar. Il a été inauguré le 16 décembre 1901. Les services postaux sont alors en plein essor, ce qui justifie l'ampleur du bâtiment.

grand-poste_liege_interieur 1903.jpgL'intérieur de la Grand-Poste à ses débuts.

 grand-poste_liege-halle-1901.jpg  Revenons-en au marché aux légumes. La construction que l'on aperçoit à moitié sur la droite de la vue ci-dessus, c'est la halle à la criée.

Halle quai sur meuse-liege-1901.jpg  La halle à la criée existe depuis 1868. Elle est entourée d'échoppes pittoresques, et le marché aux légumes (auxquels s'associent fruits et fleurs) s'étend aussi sur l'ensemble du quai sur Meuse et sur la place Cockerill voisine.

grand-poste_liege_debut XXe(1).jpg  La halle disparaît peu après la mise service de la Grand-Poste. Peut-être pour mieux mettre en valeur le prestigieux bâtiment que l'on vient d'ériger.

marche quai sur meuse-liege-1954.jpg  Le marché aux légumes en 1954. Les maraîchers ne quitteront cet endroit qu'en juillet 1963, quand le marché matinal s'installera à Droixhe.

grand-poste_rue de la regence_liege-annees 1960.jpgVue sur la rue de la Régence dans les années 1960.

projet_grand-poste-liege.jpg  La Grand-Poste, désaffectée depuis le début du millénaire, est actuellement au centre d'un vaste projet de réhabilitation, qui envisage l'aménagement d'une galerie commerciale au rez-de-chaussé du bâtiment existant (façades et toitures classés depuis 2002) et la construction d'un appart-hôtel à l'angle des rues de la Régence et Florimont. Le promoteur attend, pour commencer le chantier, que la Ville concrétise le parking promis sous la place Cockerill et le quai sur Meuse...

 

  La passerelle de la Régence


  Bien que le projet ait été imaginé dès 1874, il faut attendre septembre 1880* pour que cette passerelle soit terminée et ouverte aux piétons, diverses crues ayant retardé les travaux et même mis l'ouvrage en péril.
* Le 17 septembre, jour de la Saint-Lambert, patron de la ville.

 
Les Liégeois l'appellent communément « la Passerelle », mais elle porte en réalité le nom de « passerelle de la Régence », du même nom que la rue qu'elle prolonge et dont elle a d'ailleurs accéléré le développement. D'aucuns disent néanmoins « passerelle Saucy », en référence boulevard* auquel elle mène en Outremeuse.
* Ce boulevard est un ancien bief asséché en 1872-73. L'appellation « Saucy » aurait un rapport avec « saussaie », lieu planté de saules.

passerelle-liege_1880-1940.jpg  La passerelle de la Régence première du nom (1880-1940), vue d'Outremeuse. Ci-dessous, de nos jours :
passerelle-liege-2014(2).jpg

passerelle-liege-debut XXe.jpg  La passerelle vue du quai des Pêcheurs (quai Édouard Van Beneden depuis 1920), avec la Grand-Poste à l'arrière plan.

passerelle-liege_saint-pholien_1902.jpg  La passerelle vue du quai Roosevelt au tout début du XXe siècle. L'église Saint-Pholien dont on voit le clocher sur la droite sera détruite en 1910 dans le cadre d'un plan de voirie, puis remplacée par un édifice néogothique en 1914.

passerelle-liege-1901.jpg

passerelle-liege-belle_epoque.jpg  Autrefois, se faire photographier sur la passerelle, avec la Grand-Poste en toile de fond, est un événement exceptionnel. Ci-après, le même endroit de nos jours :
passerelle-liege-2014(1).jpg

passerelle-liege-1905.jpg  Le quai des Pêcheurs en 1905 (qui deviendra le quai Van Beneden en 1920), avec l'arrêt du tram Liège-Barchon. À l'arrière-plan : la passerelle et pont des Arches.

passerelle-quai pecheurs-liege-debut XXe.jpg

passerelle-liege-escaliers-debut XXe.jpg  Ci-dessus, l'accès à la passerelle à la hauteur du boulevard Saucy, au début du XXe siècle. Ci-dessous, le même endroit de nos jours :
passerelle-liege-2014(3).jpg

passerelle-quai sur meuse-liege-début XXe.jpgCi-dessus, le quai sur Meuse au début du XXe siècle. Ci-dessous, de nos jours :passerelle-liege-2014(4).jpg

passerelle-liege-apres 1910.jpg  Ci-dessus, l'accès à la passerelle, du côté du quai sur Meuse, avec à l'arrière-plan gauche l’église Saint-Pholien due en 1914 à l'architecte Edmond Jamar (celui de l'hôtel des Postes). Ci-dessous, le même endroit de nos jours :
passerelle-liege-2013.jpg

passerelle-liege-1940.jpg  Ci-dessus, la passerelle détruite en 1940. Ci-dessous, sa reconstruction après-guerre (inauguration en 1949) :
passerelle-liege-reconstruction apres guerre.jpg

passerelle_liege_après-guerre.jpgLa passerelle deuxième génération, telle qu'on la connaîtra dans les années 1950 et 60.

passerelle-quai sur meuse-liege-1962.jpg  L'accès à la passerelle du côté rive gauche en 1962. Au début des années 1970, cet accès sera modifié, avec une rampe allongée qui enjambera le quai devenu une voie rapide (situation actuelle sur la photo suivante) :
passerelle-liege-2009.jpg

document_ville de liege.jpg  Au milieu des années 1990, a lieu l'opération « Liège retrouve son fleuve ». Il s'agit de rendre aux piétons les berges de la Meuse conquises par l'automobile au cours des décennies précédentes. Le dessin ci-dessus, extrait d'une brochure de la Ville expliquant le projet, représente le quai de la Batte et le quai sur Meuse idéalisés. Un rêve non encore réalisé !

passerelle.jpg  C'est dans le cadre de cette opération, en 1994, qu'est construit ce plan incliné du côté rive droite, avec la rampe qui passe en porte-à-faux sur le fleuve.

passerelle-liege-ravel-1994.jpg  1994. L'opération « Liège retrouve son fleuve » permet le réaménagement de la promenade le long de la Meuse et la création d'un Ravel.

 

17/09/2014

Les Grands Champs de Saint-Gilles

place des grands champs-liege-2014.jpg  La place des Grands Champs de nos jours, avec dans le fond l'église romane Saint-Gilles. À gauche, le côté pair de la rue de Tilleur est situé sur le territoire de la commune de Saint-Nicolas ; à droite, le côté impair de la rue de Tilleur et celui de la rue des Grands Champs font partie de Liège.

  Voici la même perspective dans la première moitié du XXe siècle :
place des grands champs-liege-1930.jpg  Le texte de la carte postale ci-dessus est erroné, car le gibet des Grands Champs de Saint-Gilles ne s'est jamais trouvé à cet endroit. Jusqu'en 1901, c'est une grande mare appelée « le flot de Saint-Gilles » qui occupe la quasi-totalité de l’espace. Au XIXe siècle, on y puise l’eau pour alimenter les machines à vapeur de la houillère Piron située non loin de là (site dépendant du charbonnage de La Haye : voir autre note).

grands champs_saint-gilles_carte ferraris.jpg  Ce fragment de carte Ferraris* nous permet de situer avec précision l'emplacement du lieu d'exécution. De haut en bas, les flèches désignent l'abbaye de Saint-Gilles (voir autre note), la rue des Grands Champs et le fameux gibet, sis en bordure d'un sentier devenu la rue de la Justice, sur le territoire donc de la commune de Saint-Nicolas. Remarquons que toute la zone des Grands Champs n'est pas cultivée, vu l'horreur qu'inspire la potence et la présence probable de cadavres enterrés sommairement dans les alentours.
* La carte de Ferraris ou carte des Pays-Bas autrichiens est une carte historique établie entre 1770 et 1778 par le comte Joseph de Ferraris, directeur de l'école de mathématique du corps d'artillerie des Pays-Bas.

 

plan_grands champs_saint-gilles_liege_1874.jpg  Ce plan de 1874 (dressé par M. Nagant, ingénieur du charbonnage de La Haye) nous montre la rue de Tilleur (1), la rue des Grands Champs (2), la rue Ferdinand Borny (3)*, la rue Bois Saint-Gilles (4), la rue Piron (5), le site Piron du charbonnage de La Haye (6), la rue de la Justice avec l'emplacement de l'ancien gibet (7) et le cimetière de l'ermitage (8) dont nous parlerons plus loin.
* À l'époque, le boulevard Kleyer n'existe pas. Ce chemin se prolonge jusqu'au charbonnage du Bois d'Avroy, situé au sommet de la rue de Joie (dans l'actuelle rue Julien d'Andrimont, voir autre note).



* * * * *

  Aux premiers temps de la Cité de Liège, les exécutions capitales ont lieu à l’emplacement de l'actuel quartier militaire Saint-Laurent, ancienne abbaye bénédictine fondée au début du Xie siècle. C’est probablement lors de la construction de ces bâtiments monacaux que le lieu de souffrance est transféré plus haut sur la colline.

 L’existence aux Grands Champs du lieu de justice de la principauté n’est cependant attestée qu’au début du XVe siècle, dans un écrit du chroniqueur Jean de Stavelot.

 À cause des funestes installations, les Grands Champs de Saint-Gilles constituent jadis un endroit malfamé et presque désert. Le lieu est sinistre, avec des terrains laissés en friche et mal entretenus. Des brigands trouvent repaire dans les bois avoisinants et sévissent dans les chemins bordés de buissons, propices aux traquenards. Sous l’Ancien Régime, l’imagination populaire y suppose même des sabbats de sorcières. Au début du XIXe siècle encore (le régime français a pourtant mis fin aux exécutions à cet endroit), le quartier n’est fréquenté que si la nécessité l’exige ; s’il s’urbanise par la suite, c’est grâce au développement de la houillère Piron.

 Revenons-en au gibet. Haut de quatre mètres cinquante environ, il est composé de trois colonnes de pierre disposées en triangle, et les poutres qu’elles supportent permettent neuf pendaisons simultanées. Les bourreaux procèdent aussi à d’autres châtiments : la décapitation, le bûcher et le supplice de la roue.

  On n’exécute à Saint-Gilles que les malfaiteurs non citoyens liégeois. Les citadins subissent leur peine sur la place du Marché, ou sur les degrés de la cathédrale Saint-Lambert s’ils sont de condition sociale élevée.

gibet_saint-gilles_liege-1786.jpgLa gravure ci-dessus est extraite de « La vie de Jacques Pierlot » (Liège, 1786), ouvrage qui raconte « la dégradation et le supplice » d’un prêtre d’origine verviétoise, que les dettes de jeu ont poussé au vol puis au meurtre.

 

 Les condamnés en provenance de l’Official*, quand ils arrivent en charrettes au sommet de la colline Saint-Gilles, sont conduits à la potence par un petit chemin dit des « Patients » (du latin « patiens », « qui souffre »). Situé du côté des prairies surplombant le Laveu, cet itinéraire les fait passer à l’arrière de l’abbaye pour les empêcher d’y demander le droit d’asile.
* Situé au centre de Liège sur le site de l’actuel îlot Saint-Michel, le bâtiment de l’Official, sous l’Ancien Régime, abrite une cour de justice ecclésiastique, avec cachots et salle de torture.

ruelle des patients_saint-gilles_liege_fin XIXe.jpg  Le dessin ci-dessus représente le chemin des Patients à la fin du XIXe siècle. Les bâtiments attenant à l’église Saint-Gilles constituent les derniers souvenirs d'une ancienne abbaye. La tradition désigne la maison haute et étroite, aujourd’hui disparue, comme celle du cloutier, mais aussi du bourreau.

 
Ci-dessous, le même endroit au début des années 1950 (en 1967, le chemin et les prairies à l'avant-plan feront place en 1967 au boulevard Louis Hillier, jonction entre les boulevards Gustave Kleyer et Sainte-Beuve) :
eglise saint-gilles_liege_1950.jpg


* * * * *

 

rue de la justice_saint-nicolas_1950.jpg

rue de la justice_saint-nicolas_1949.jpg  Ces deux photos présentent la rue de la Justice en 1949-50. Les bâtiments au-dessus à gauche de la pente sont des vetiges du charbonnage Piron, fermé en 1930.

  À l'époque du gibet, ce tronçon en pente s’appelle le chemin des Suppliciés. C’est par là que des religieux emportent les supliciés au cimetière de l’ermitage de Tilleur*, sur le Vieux Thier (voir carte au début de cet article), où ils les enterrent après avoir leur avoir assuré des obsèques chrétiennes. Une expression wallonne provient de ces temps anciens : « Vas ti fé pinde à Sint-Djîle, t’ârès t’messe payèye » (« Va te faire pendre à Saint-Gilles, tu auras ta messe payée »). La première partie de la locution, utilisée seule, est restée pour éconduire un importun.
* Cette petite communauté de moines reclus est déjà citée au milieu du XIVe siècle.

 

morgue_ermitage_vieux thier_tilleur.jpg
Morgue de l'ermitage, où l'on dépose les corps avant leur inhumation.

 
  Au XVIIIe siècle, l'ermitage compte trois maisons abritant les desservants du cimetière. De ces temps lointains, ne subsiste qu'une croix en pierre qu'on a plantée au sommet à droite de la partie champêtre du Vieux Thier (photo ci-dessous) :
croix_ermitage_vieux thier_saint-nicolas_2014.jpg

  Cette croix, qu'on surnomme la « croix des pendus », portait cette inscription aujourd'hui effacée par le temps : « Très-noble et Rd Seigneur Philippe baron d'Eynatten de This, abbé de St-Gilles, a accordé cette place à la compagnie des pauvres prisonniers pour sépulture aux suppliciés, bénite l'an 1701 du temps-Thonnart et d'Engis. M.R.T.I.5 ».              

croix_ermitage_tilleur_1701.jpg

histoire de liège,saint-gilles,grands champs,tilleur,vieux thier,gibet,rue de la justice,chemin des patients,ermitage de tilleur,croix des pendusLa flèche désigne l'emplacement de la croix des pendus, dissimulée dans la végétation du Vieux Thier.

emplacement vieil ermitage vieux thier.jpg  Sur cette vue aérienne, on découvre la configuration actuelle des lieux, avec la rue du Vieux Thier (1) et l'endroit où se trouvait l'ermitage (2). Le paysage a été bouleversé, de 1923 à 1930, lors de la création de la ligne de chemin de fer, chantier qui a nécessité le percement d'un tunnel sous la colline.


 Terminons par ces deux vues de la rue des Grands Champs, dans un sens puis dans l'autre, au début des années 1950 :
rue des grands champs-liege-annees 1950.jpg

rue des grands champs-liege-1954.jpg

 

 

Ouvrages de référence :

André DE BRUYN, Histoire des rues et des lieux-dits de la commune de Saint-Nicolas, éditions Dricot, Liège, 1987.

Pol SCHURGERS, La justice aux Grands Champs de Saint-Gilles (fascicule dactylopgraphié).

Jean BROSE, Les Grands Champs de Saint-Gilles, revue « Si Liège m'était conté », n°62, 1977.

Claude WARZÉE, Liège autrefois, les quartiers et leur histoire : Cointe, Haut-Laveu, Saint-Gilles, Burenville, éditions Noir Dessin, Liège, 2013
.

07/09/2014

Hocheporte

hocheporte-liege-2013.jpgLe carrefour de Hocheporte en août 2013, et ci-dessous dans l'autre sens en 2014 :hocheporte-liege-2014b.jpg

  Ce quartier tient son nom d'une ancienne porte fortifiée établie dans les murailles construites au début du XIIIe siècle. Murailles que nous rappelle aussi la rue des Remparts.

  Le nom « Hocheporte » proviendrait d'un propriétaire local nommé Hacar. Au XIIIe siècle, on trouve en effet l'appellation « Hacarporte » (puis « Hachaporte » au XVe et « Hochaporte » au XVIIIe).

  Situons cette porte sur la vue ci-dessous, due à Julius Milheuser en 1649 :
liege_milheuser_1649.jpgIdentifions les églises Saint-Martin (1) et Saint-Séverin (2). À cette époque, la rue d'Agimont* (3) se situe dans le prolongement de la rue Fond Saint-Servais (4), près du couvent Sainte-Claire** (5). Au sommet de la rue Hocheporte (6), s'ouvre l'arcade fortifiée (7), comprise dans la muraille entre le collège des jésuites anglais (8) et le bastion du Saint-Esprit*** (9). Au-delà du rempart, commence le faubourg Hocheporte **** (10).
* Du nom, sans certitude, d'un ancien propriétaire local (« Agiermont » au XIIIe siècle).
** Voir autre note.
*** Fortification réédifiée au début du XVIIe siècle au sommet de l'actuelle rue Mississipi, sous la magistrature du bourgmestre Philippe du Saint-Esprit (surnom de Philippe le Rousseau).
**** Un faubourg est au départ un quartier en dehors du bourg, au-delà donc des murailles.

 

Recherchons les mêmes lieux sur ces deux autres plans, le premier de 1720, le second de 1810
(cliquer dessus permet de les agrandir) :
plan_liege_maire_1720.jpg

plan_1810.jpg

  La Hocheporte d'antan est détruite en 1821, sous le régime hollandais, et ses matériaux servent à la reconstruction de la citadelle sur les hauteurs de Sainte-Walburge. On réédifie toutefois une arcade en 1824 ; il ne s'agit dès lors plus d'un ouvrage monumental, mais d'une simple voûte en briques sans caractère, qu'on décidera de démolir en 1852 et dont les derniers vestiges ne seront enlevés qu'en 1886
.

hocheporte-liege-ruines-fin XIXe.jpg  Ci-dessus, les ruines de la porte après 1852 (dessin d'Alfred Ista). La tour carrée, sur la droite, est celle d'une maison de la rue Hocheporte, dans sa partie jadis située à l'extérieur de l’enceinte fortifiée.

  Sur le dessin qui suit (œuvre d'Adolphe Dubois), on découvre précisément cette partie supérieure de la rue Hocheporte en 1880. On y retrouve la maison avec la tour carrée (qui a perdu sa toiture pyramidale) :
rue hocheporte-liege-1880.jpg  Tour carrée toujours existante, comme le montre cette photo actuelle de la rue Hocheporte (vue dans l'autre sens par rapport au dessin qui précède) :
rue hocheporte-liege-google maps-2013.jpg

  Mais revenons-en aux anciennes murailles. Voici ce qui subsiste du bastion du Saint-Esprit au XIXe siècle (œuvre de G.F Sargent, peintre et dessinateur anglais actif dans les années 1830 à 1870), avec la rue des Remparts à l'emplacement de l'ancien chemin de ronde :
bastion saint-esprit-hocheporte-liege-XIXe.jpg

remparts-hocheporte-mississipi-liege-2014.jpg  Ci-dessus, l'état actuel du rempart à l'angle des rues Mississipi* et Louis Fraigneux**.
* L'emplacement de cette rue servait autrefois de fossé à la muraille. L'appellation « Mississipi » remonte au XVIIIe siècle, probablement à cause de l'engouement que suscitait alors l'exploration du Nouveau Monde.
** Louis Fraigneux (1863-1938), échevin liégeois et conseiller provincial.

remparts-mississipi-liege-2014.jpg  Cette haute muraille, composée de briques et de boutisses en pierre de taille, est donc une section des anciens remparts de la ville. Dès le XVIIIe siècle, des parcelles de terrain situées à son sommet sont données en location à des particuliers. Avec la vente de ces biens au cours du XIXe siècle, l'ancien chemin de ronde est transformé en voie publique, la Ville prenant à sa charge l'amélioration des escaliers qui y mènent et la consolidation des vieux murs.

hocheporte-liege-1885.jpg  Hocheporte avant le percement de la rue de l'Académie, baptisée ainsi en 1886. Ci-dessous, le même endroit de nos jours (repérons-nous grâce au mur désigné par la flèche) :
hocheporte-liege-gare des bus-2014.jpg  L'endroit marqué d'une flèche sur la photo ci-dessus, le voici en plan plus rapproché, avec l'entrée, rue Hocheporte, des escaliers de la rue des Remparts :
rue des remparts-hocheporte-liege-2014.jpg



*  *  *  *  *

rues hocheporte et academie-liege-2014.jpg  Le building a été bâti à l'angle de la rue Hocheporte (tronçon supérieur) et de la voie rapide qui relie la Cadran à Fontainebleau. Autrefois, dans le cadre rouge, se trouvait le bâtiment représenté sur le dessin qui suit, réalisé par Joseph Vuidar en 1888 :
auberge du soleil-hocheporte-liege-1888.jpg  Il s'agit de l'auberge du soleil, datant du XVIIe siècle (la façade porte d'ailleurs une enseigne en pierre sculptée représentant l'astre). L'auberge dite aussi « du bon logis », où les voyageurs attardés logeaient en attendant l'ouverture de la Hocheporte (dixit Théodore Gobert).

maison magnery-hocheporte-liege.jpg  Le même bâtiment à l'aube du XXe siècle. Il est devenu la Maison Magnery, du nom du propriétaire, négociant en graines potagères et fourragères.

maison magnery-hocheporte-liege-1922.jpg  La Maison Magnery en 1922. Les arbres sont ceux de la Place Hocheporte, baptisée ainsi en 1910 au pied de la Montagne Sainte-Walburge.

hocheporte-liege-1944.jpg  Le 7 septembre 1944, afin de retarder l'arrivée des troupes américaines, les Allemands font exploser des chenillettes remplies d'explosifs aux carrefours de Fontainebleau, de Hocheporte et du Cadran. La photo ci-dessus montre les dégâts occasionnés à Hocheporte, au sommet de la rue de l'Académie (dans le fond, on aperçoit le musée des Beaux-Arts, logé à l'époque dans une annexe de l'académie royale du même nom).

maison magnery-hocheporte-liege-1944.jpg  Fissurée et instable à la suite de l'explosion de septembre 1944, la grainerie Magnery devra être détruite.

 

Hocheporte avant 1944.jpg  Ci-dessus, le carrefour de Hocheporte avant 1944. Ci-dessous, le même endroit dans les années 1950 : la Maison Magnery a été remplacée par une station-service :
hocheporte-liege-annees 1950.jpg

 

tram-hocheporte-liege-debut annees 1960.jpg  Ci-dessus, au début des années 1960. Ci-dessous, en 2013 :carrefour hocheporte-liege-2013.jpg


*  *  *  *  *


  C'est dès la fin des années 1970 que le quartier connaît d'importantes transformations qui vont peu à peu aboutir à la configuration actuelle des lieux.

hocheporte-liege-debut annees 1970.jpg  Le carrefour et la place Hocheporte au début des années 1970. J'ai habité au bas de la Montagne Sainte-Walburge, en face de l'hôpital des Anglais (1), de 1964 à 1971. L'école communale (2) date de la fin du XIXe siècle. Je pense que les palissades, à l'angle de la place et de la rue de l'Académie (3), cachent toujours le terrain vague dû à l'explosion de 1944 !

hocheporte-liege-chantier 1979.jpgLe carrefour de Hocheporte en 1979, après la disparition de la station-service.

rue hocheporte-liege-1979.jpg  La partie supérieure de la rue Hocheporte en 1979. Le terrain vague et ses abords ont laissé place à tout un réseau routier (voir photo suivante) :
hocheporte-liege-2014c.jpg

hocheporte-liege-chantier 1983.jpgLe chantier du carrefour Hocheporte en 1983. Ci-dessous, le même endroit de nos jours :hocheporte-liege-2014.jpg

  Les deux photos qui suivent datent du début des années 1980 ; elles montrent le chantier du côté de la rue de l'Académie, dont il ne subsiste que les immeubles du côté gauche, ceux de droite ayant été démolis (y compris le musée des Beaux-Arts) afin de percer là une voie rapide reliant le Cadran à Fontainebleau :
chantier rue academie-liege-debut annees 1980 (1).jpg

chantier rue academie-liege-debut annees 1980 (2).jpg

rue de l'academie-liege-2006.jpg  La rue de l'Académie en 2006, pendant la construction des « Jardins de l'Académie », complexe de trois immeubles de prestige à usage mixte (bureaux et logements) (architecte : AST Claude Strebelle).

place hocheporte-liege-2006.jpg  Place Hocheporte, la façade de l'ancienne école communale a été conservée et intégrée dans le nouveau complexe.

 

hocheporte et rue de l'academie-liege-2014.jpg  Hocheporte et les jardins de l'Académie. Dans le cadre rouge, se trouvait autrefois cette rangée d'immeubles, dont le musée des Beaux-Arts :
rue de l'academie-liege.jpg