29/08/2016

L’ancien immeuble Chapeauville, rue Saint-Laurent, disparu lors de la construction de l’autoroute A 602

rue saint-laurent_liege_2014 (1).jpg  Ce tronçon de la rue Saint-Laurent*, entre les deux murets, est un pont franchissant la tranchée ferroviaire que constitue le plan incliné conçu autrefois par Henri Maus (voir cette autre page).

* La rue et le quartier tirent leur nom d’une ancienne abbaye bénédictine dédiée à ce saint.


plan incline_liege_2006.jpg  Un Thalys descend le plan incliné. Dans le fond, on distingue la nouvelle gare des Guillemins en cours de construction.


rue saint-laurent_liege_2014 (2).jpg  Prenons un peu de recul par rapport à la première photo. Parallèlement au plan incliné ferroviaire, c’est l’autoroute 602 qui surplombe la rue Saint-Laurent.

                                           Retrouvons cet endroit à la fin des années 1960 :
immeuble chapeauville_liege_1968 (1).jpg                     Il s’agit de l’endroit où la rue du Calvaire* débouchait dans la rue Saint-Laurent.

* Un monument de ce genre existait autrefois, non loin de l’église auxiliaire de Notre-Dame du Calvaire, bâtie au début du XXe siècle.


immeuble chapeauville_liege_1968 (2).jpgmaison chapeauville_liege.jpg  Cette demeure est datée de 1608 et a été remaniée au XVIIIe siècle. On l’appelle la maison Chapeauville, du nom de Jean Chapeauville (1551-1617)*, célèbre théologien et historien liégeois qui y a vécu.

* On trouve aussi les graphies « Chapeaville » et « de Chapeauville ».

  Jean Chapeauville a légué l’immeuble à son neveu Jean La Roche, échevin de Liège. Nous sommes au début du XVIIe siècle, période marquée à Liège par la lutte entre les Grignoux, qui exigent davantage de libertés communales, et les Chiroux, qui veulent le renforcement de l'autorité du prince-évêque.

  En 1649, le prince-évêque Ferdinand de Bavière fait appel aux troupes allemandes pour stopper la rébellion. En août, le général bavarois Otto von Sparr s’empare de la maison de La Roche et des habitations voisines entourées de murs, où les milices populaires se sont installées. Il y fait établir des batteries de canons pour bombarder l’abbaye de Saint-Laurent, autre position des démocrates liégeois.

 

* * * * *

 

construction-A602-burenville-liege-1968.jpg  1968. Le chantier de l’autoroute A602 a atteint Burenville (derrière le bulldozer, on reconnaît le chevet de l’église Saint-Hubert érigée six ans plus tôt). Dans le fond, près de l’ancien terril de l’Aumonier fortement arasé, se distingue l’ébauche du viaduc qui permet à la rue Jules de Laminne de franchir la tranchée autoroutière (voir autre article).


autoroute A602_liege_debut 70s.jpg  Au départ de l’échangeur de Loncin, la A602 est initialement prévue jusqu’au boulevard d’Avroy, via Ans, Burenville, Saint-Laurent, le Bas-Laveu et les Guillemins. Cette photo montre la sortie Saint-Laurent au tout début des années 1970.


rue saint-laurent_liege_avant 1970 (1).jpg  La rue Saint-Laurent à l’extrême fin des années 1960. Le passage de l’autoroute à cet endroit, ainsi que l’aménagement des bretelles pour y accéder ou en sortir, vont nécessiter d’importantes expropriations et démolitions. Vont disparaître tous les bâtiments situés entre le building et la tranchée du chemin de fer, des deux côtés de la chaussée.


rue saint-laurent_liege_avant 1970 (2).jpg  Vont donc disparaître tous les bâtiments visibles à l’avant-plan de la photo ci-dessus, à l’exception de l’immeuble sis tout à droite.


rue saint-laurent_liege_1970 (2).jpgPendant les démolitions de 1969-70 ▲ et de nos jours ▼rond-point calvaire-stlaurent_liege_2014.jpg


rue saint-laurent_liege_1970 (3).jpg
À droite, c’est l’entrée de la rue du Calvaire en 1970.


rue saint-laurent_liege_1970.jpg  Toute une série d’immeubles ont été détruits ▲ pour permettre d’aménager un nouvel accès à la rue du Calvaire, accès reporté plus haut dans la rue Saint-Laurent ▼
rue du calvaire_liege_2014 (2).jpg
rue du calvaire_liege_1970.jpg  La rue du Calvaire a également souffert pendant l’aventure, tronquée de sa partie basse vu la largeur de l’autoroute et de ses bretelles.


rue du calvaire_liege_1970 (2).jpg
La rue du Calvaire avant l’aménagement autoroutier ▲ et de nos jours ▼
rue du calvaire_liege_2014.jpg


Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cet article  smile

 

22/03/2014

Le charbonnage Espérance et Bonne Fortune

clinique-esperance-montegnee.jpg   La clinique de l'Espérance de Montegnée (commune de Saint-Nicolas) fait partie du CHC, le Centre hospitalier chrétien dont trois sites, y compris celui-ci, vont prochainement déménager à Glain (commune de Liège) dans de toutes nouvelles installations.

  Cette clinique tient son nom de l'importante S.A. des Charbonnages Espérance et Bonne Fortune, société qui l'a fondée en 1907 pour soigner les mineurs accidentés. Le bâtiment que l'on voit sur la photo ci-dessus date de 1957. Au départ, le dispensaire est établi dans une simple maison d'habitation, à laquelle sera jointe en 1909 une salle d'hospitalisation de douze lits. Le service acquiert une grande notoriété et finit par s'ouvrir aux travailleurs d'autres entreprises et à la population environnante.

  La Société anonyme des Charbonnages Espérance et Bonne Fortune est née en 1875 de la fusion entre la Société charbonnière de l'Espérance et celle de Bonne Fortune (dont nous ne traiterons pas dans cet article). À l'aube du XXe siècle, l'ensemble des concessions s'étend sur près de 500 hectares, sous les localités de Montegnée, Saint-Nicolas, Glain, Ans, Loncin, Grâce-Berleur, Hollogne.

plan-mines-liege-1923.jpgLes charbonnages liégeois en 1923 (carte du service géologique de Wallonie).

histoire de liège,histoires de liège,charbonnages,houillères,charbonnage espérance bonne fortune,patience et beaujonc,glain,montegnée,saint-nicolas,burenville,bure aux femmes,bure aux choux  Cette vue aérienne de 1947 permet de situer le siège Montegnée (1) et le terril (2) du charbonnage de l'Espérance, ainsi que son siège dit « Saint-Nicolas » (3) près de Burenville. Deux autres houillères sont également visibles : la bure aux femmes du charbonnage Patience et Beaujonc à Glain (4) (le terrain où l'on va construire le nouvel hôpital du CHC) et le charbonnage de l'Aumonier à Burenville (5) (à l'emplacement de l'actuel garage Renault de la rue de Mons).

  Retrouvez toutes ces implantations sur le plan qui suit, que vous pouvez agrandir en cliquant dessus (plan extrait de « Liège en poche », paru aux éditions de Rouck au début des années 1960) :
plan_de rouck_debut annees 1960.jpg

 .  .  .  .  .

 

charonnage_esperance-montegnee-debut_XX.jpgLe siège Montegnée de la houillère de l'Espérance, en 1913.

impasse_esperance-charbonnage-montegnee-debut_XX.jpg  L'entrée du siège Montegnée de l'Espérance au début du XXe siècle, à la fois siège administratif et d'exploitation. Ci-dessous, l'actuelle impasse de l'Espérance, fermée par une grille qui donne sur un terrain en friche :
impasse-esperance-montegnee-2014.jpg

impasse_esperance-montegnee-1972.jpg  Le même endroit en 1972, un an avant la fermeture définitive du charbonnage, dont on voit ci-dessous les installations dans les années 1950 :
charbonnage_esperance montegnee-siege principal-1950.jpg

rue_adolphe_renson-charbonnage_esperance-montegnee-1972.jpg   Le siège Montegnée de l'Espérance vu depuis la rue Adoplhe Renson en 1972. Ci-dessous, le même endroit de nos jours :
rue adolphe renson_montegnee-2014.jpg

 

charbonnahe_esperance-montegnee-demolition_1977.jpgLe site de l'Espérance en 1977, abandonné et prêt pour le dynamitage définitif (voir ci-dessous) :esperance-montegnee-demolition_1977.jpg

site_esperance_montegnee_2014.jpg          Le site Montegnée en 2014, photographié depuis la grille qui ferme l'impasse de l'Espérance.

                                                                           .  .  .  .  .

charbonnage_esperance st-nicolas-1913.jpg   Depuis 1884 (la vue ci-dessus date de 1913), le charbonnage de l'Espérance exploite un nouveau puits le long de la voie ferrée Ans-Flémalle ; il est répertorié sur les cartes comme le siège « Saint-Nicolas » de l'Espérance, bien qu'il se trouve sur le territoire liégeois, aux confins de Liège, Glain, Montegnée et Saint-Nicolas*.
* avant la fusion des communes de 1976.

  Ce site d'exploitation est mieux connu sous le surnom de « beur al djote », la « bure aux choux », car les mineurs s'y plaignaient de la friabilité des couches de charbon, qui éclataient comme des choux pris par la gelée.

charbonnage_esperance saint-nicolas_1975.jpg   La « beur al djote » un an après sa fermeture en 1974, vue depuis le pont de la rue Saint-Nicolas. Ci-dessous, l'ancienne tranchée du chemin de fer en 2008 :
tranchee ancien chemin de fer_charbonnage_esperance_2008.jpg

pont st-nicolas-2008.jpg   Le pont de la rue Saint-Nicolas en 2008, pendant la construction de l'immeuble à usage mixte à l'angle de la rue des Noyers.

charbonnage_esperance saint-nicolas_rue delchef-1972.jpg   Le siège « Saint-Nicolas » de l'Espérance en 1972, vu de la rue Delchef. Ci-dessous, ce que cet endroit est devenu après la disparition des activités minières (photo de 2014) :
rue delchef-liege- 2014.jpg

 

 

charbonnage_esperance saint-nicolas_vue cour.jpgLe siège Saint-Nicolas du charbonnage de l'Espérance.

charbonnage_esperance st-nicolas-tremie-rue en glain-1972.jpgLe pont-roulant.

esperance_st-nicolas-wagonnets.jpgLes wagonnets sortant du puits.

esperance_st-nicolas-machinerie belle-fleur.jpg   La machinerie d'une belle-fleur (surnom donné au chevalement à molettes, la structure qui sert à descendre et remonter les mineurs et le minerai, via une cage d'ascenseur).

 

charbonnage_esperance saint-nicolas_rue de l'esperance-rue en bois-1971.jpg   L'entrée, en 1971, à l'intersection de la rue de l'Espérance et de la rue en Bois (cette dernière a été coupée en deux à la fin des années 1960 par la construction de l’autoroute, et ce tronçon est devenu la rue de Montegnée). Ci-dessous, le même endroit en 2014 :
rue de montegnee-liege-2014.jpg                                À gauche, un ravel (L210) a remplacé la ligne de chemin de fer.

charbonnage_esperance st-nicolas-pont cite des moulins.jpgLa houillère vue depuis la rue André Winands.

charbonnage_esperance st-nicolas-rue en glain-1972.jpg   En 1972, depuis le pont enjambant le chemin de fer. Ci-dessous en 2014, avec le ravel et la végétation qui a repris ses droits :
ravel_montegnee_2014.jpg

 

charbonnage_esperance st-nicolas- rue de l'esperance_liege_1982.jpgUne autre entrée rue de l'Espérance, devenue ce qui suit :rue de l'esperance-liege-2014.jpg 

La « bure aux choux » a fermé en 1974, mais les installations sont restées à l'abandon un peu plus de dix ans. Les deux photos qui suivent ont été prises en 1982 ; chacune est accompagnée de la vue correspondante en 2014 :
charbonnage_esperance st-nicolas-voie ferree_1982.jpg

ravel_montegnee_glain_2014.jpg

charbonnage_esperance st-nicolas-rue des hotteuses_1982.jpg

rue des hotteuses-liege-2014.jpg

charonnage_esperance st-nicolas-belle_fleur.jpg   Ce chevalement du siège de l'Espérance Saint-Nicolas sera la dernière belle-fleur métallique de la région liégeoise ; elle sera détruite en 1985 :
belle-fleur_esperance st-nicolas-1985.jpg

 

vestiges-charonnage_esperance-2012.jpgDes vestiges du charbonnage toujours visibles dans le terrain en friche.

. . . . .

 
  Au début de cet article, il a été fait mention du déménagement à Glain de certains services du CHC. Le nouvel hôpital sera construit sur le site « Bure aux femmes » de l'ancien charbonnage Patience et Beaujonc, que voici :
charbonnage_petience-beaujonc-bure aux femmes-glain.jpg

site patience beaujonc-cheminee-2014.jpgLe site Patience et Beaujonc de nos jours.


Liens de référence :

http://users.skynet.be/claude.warzee/saint-nicolas/index.htm

http://books.google.be/books?id=9K39b37jn0QC&pg=PA169&lpg=PA169&dq=de+bruyn+andre+charbonnage+esp%C3%A9rance+bonne+fortune&source=bl&ots=hwOgiZfvRU&sig=IdmGSBfdhgIPppwOgOGVhup2f_M&hl=fr&sa=X&ei=x4UtU625Jcyg7AbT_oDYBg&ved=0CEQQ6AEwBA#v=onepage&q=de%20bruyn%20andre%20charbonnage%20esp%C3%A9rance%20bonne%20fortune&f=false

http://www.chc.be/files/files/ESPhist.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_anonyme_des_Charbonnages_de_l%27Esp%C3%A9rance_et_Bonne-Fortune

 

 

 

 

03/03/2014

Mes deux livres chez Noir Dessin Production

Cliquez sur les couvertures pour accéder à davantage de renseignements
et découvrir des extraits des livres :


cover.jpg

L'histoire d'anciens bras de la Meuse devenus grands boulevards.

cover.jpg
Une promenade historique le long des boulevards Kleyer, Hillier et Sainte-Beuve.