17/09/2014

Les Grands Champs de Saint-Gilles

place des grands champs-liege-2014.jpg  La place des Grands Champs de nos jours, avec dans le fond l'église romane Saint-Gilles. À gauche, le côté pair de la rue de Tilleur est situé sur le territoire de la commune de Saint-Nicolas ; à droite, le côté impair de la rue de Tilleur et celui de la rue des Grands Champs font partie de Liège.

  Voici la même perspective dans la première moitié du XXe siècle :
place des grands champs-liege-1930.jpg  Le texte de la carte postale ci-dessus est erroné, car le gibet des Grands Champs de Saint-Gilles ne s'est jamais trouvé à cet endroit. Jusqu'en 1901, c'est une grande mare appelée « le flot de Saint-Gilles » qui occupe la quasi-totalité de l’espace. Au XIXe siècle, on y puise l’eau pour alimenter les machines à vapeur de la houillère Piron située non loin de là (site dépendant du charbonnage de La Haye : voir autre note).

grands champs_saint-gilles_carte ferraris.jpg  Ce fragment de carte Ferraris* nous permet de situer avec précision l'emplacement du lieu d'exécution. De haut en bas, les flèches désignent l'abbaye de Saint-Gilles (voir autre note), la rue des Grands Champs et le fameux gibet, sis en bordure d'un sentier devenu la rue de la Justice, sur le territoire donc de la commune de Saint-Nicolas. Remarquons que toute la zone des Grands Champs n'est pas cultivée, vu l'horreur qu'inspire la potence et la présence probable de cadavres enterrés sommairement dans les alentours.
* La carte de Ferraris ou carte des Pays-Bas autrichiens est une carte historique établie entre 1770 et 1778 par le comte Joseph de Ferraris, directeur de l'école de mathématique du corps d'artillerie des Pays-Bas.

 

plan_grands champs_saint-gilles_liege_1874.jpg  Ce plan de 1874 (dressé par M. Nagant, ingénieur du charbonnage de La Haye) nous montre la rue de Tilleur (1), la rue des Grands Champs (2), la rue Ferdinand Borny (3)*, la rue Bois Saint-Gilles (4), la rue Piron (5), le site Piron du charbonnage de La Haye (6), la rue de la Justice avec l'emplacement de l'ancien gibet (7) et le cimetière de l'ermitage (8) dont nous parlerons plus loin.
* À l'époque, le boulevard Kleyer n'existe pas. Ce chemin se prolonge jusqu'au charbonnage du Bois d'Avroy, situé au sommet de la rue de Joie (dans l'actuelle rue Julien d'Andrimont, voir autre note).



* * * * *

  Aux premiers temps de la Cité de Liège, les exécutions capitales ont lieu à l’emplacement de l'actuel quartier militaire Saint-Laurent, ancienne abbaye bénédictine fondée au début du Xie siècle. C’est probablement lors de la construction de ces bâtiments monacaux que le lieu de souffrance est transféré plus haut sur la colline.

 L’existence aux Grands Champs du lieu de justice de la principauté n’est cependant attestée qu’au début du XVe siècle, dans un écrit du chroniqueur Jean de Stavelot.

 À cause des funestes installations, les Grands Champs de Saint-Gilles constituent jadis un endroit malfamé et presque désert. Le lieu est sinistre, avec des terrains laissés en friche et mal entretenus. Des brigands trouvent repaire dans les bois avoisinants et sévissent dans les chemins bordés de buissons, propices aux traquenards. Sous l’Ancien Régime, l’imagination populaire y suppose même des sabbats de sorcières. Au début du XIXe siècle encore (le régime français a pourtant mis fin aux exécutions à cet endroit), le quartier n’est fréquenté que si la nécessité l’exige ; s’il s’urbanise par la suite, c’est grâce au développement de la houillère Piron.

 Revenons-en au gibet. Haut de quatre mètres cinquante environ, il est composé de trois colonnes de pierre disposées en triangle, et les poutres qu’elles supportent permettent neuf pendaisons simultanées. Les bourreaux procèdent aussi à d’autres châtiments : la décapitation, le bûcher et le supplice de la roue.

  On n’exécute à Saint-Gilles que les malfaiteurs non citoyens liégeois. Les citadins subissent leur peine sur la place du Marché, ou sur les degrés de la cathédrale Saint-Lambert s’ils sont de condition sociale élevée.

gibet_saint-gilles_liege-1786.jpgLa gravure ci-dessus est extraite de « La vie de Jacques Pierlot » (Liège, 1786), ouvrage qui raconte « la dégradation et le supplice » d’un prêtre d’origine verviétoise, que les dettes de jeu ont poussé au vol puis au meurtre.

 

 Les condamnés en provenance de l’Official*, quand ils arrivent en charrettes au sommet de la colline Saint-Gilles, sont conduits à la potence par un petit chemin dit des « Patients » (du latin « patiens », « qui souffre »). Situé du côté des prairies surplombant le Laveu, cet itinéraire les fait passer à l’arrière de l’abbaye pour les empêcher d’y demander le droit d’asile.
* Situé au centre de Liège sur le site de l’actuel îlot Saint-Michel, le bâtiment de l’Official, sous l’Ancien Régime, abrite une cour de justice ecclésiastique, avec cachots et salle de torture.

ruelle des patients_saint-gilles_liege_fin XIXe.jpg  Le dessin ci-dessus représente le chemin des Patients à la fin du XIXe siècle. Les bâtiments attenant à l’église Saint-Gilles constituent les derniers souvenirs d'une ancienne abbaye. La tradition désigne la maison haute et étroite, aujourd’hui disparue, comme celle du cloutier, mais aussi du bourreau.

 
Ci-dessous, le même endroit au début des années 1950 (en 1967, le chemin et les prairies à l'avant-plan feront place en 1967 au boulevard Louis Hillier, jonction entre les boulevards Gustave Kleyer et Sainte-Beuve) :
eglise saint-gilles_liege_1950.jpg


* * * * *

 

rue de la justice_saint-nicolas_1950.jpg

rue de la justice_saint-nicolas_1949.jpg  Ces deux photos présentent la rue de la Justice en 1949-50. Les bâtiments au-dessus à gauche de la pente sont des vetiges du charbonnage Piron, fermé en 1930.

  À l'époque du gibet, ce tronçon en pente s’appelle le chemin des Suppliciés. C’est par là que des religieux emportent les supliciés au cimetière de l’ermitage de Tilleur*, sur le Vieux Thier (voir carte au début de cet article), où ils les enterrent après avoir leur avoir assuré des obsèques chrétiennes. Une expression wallonne provient de ces temps anciens : « Vas ti fé pinde à Sint-Djîle, t’ârès t’messe payèye » (« Va te faire pendre à Saint-Gilles, tu auras ta messe payée »). La première partie de la locution, utilisée seule, est restée pour éconduire un importun.
* Cette petite communauté de moines reclus est déjà citée au milieu du XIVe siècle.

 

morgue_ermitage_vieux thier_tilleur.jpg
Morgue de l'ermitage, où l'on dépose les corps avant leur inhumation.

 
  Au XVIIIe siècle, l'ermitage compte trois maisons abritant les desservants du cimetière. De ces temps lointains, ne subsiste qu'une croix en pierre qu'on a plantée au sommet à droite de la partie champêtre du Vieux Thier (photo ci-dessous) :
croix_ermitage_vieux thier_saint-nicolas_2014.jpg

  Cette croix, qu'on surnomme la « croix des pendus », portait cette inscription aujourd'hui effacée par le temps : « Très-noble et Rd Seigneur Philippe baron d'Eynatten de This, abbé de St-Gilles, a accordé cette place à la compagnie des pauvres prisonniers pour sépulture aux suppliciés, bénite l'an 1701 du temps-Thonnart et d'Engis. M.R.T.I.5 ».              

croix_ermitage_tilleur_1701.jpg

histoire de liège,saint-gilles,grands champs,tilleur,vieux thier,gibet,rue de la justice,chemin des patients,ermitage de tilleur,croix des pendusLa flèche désigne l'emplacement de la croix des pendus, dissimulée dans la végétation du Vieux Thier.

emplacement vieil ermitage vieux thier.jpg  Sur cette vue aérienne, on découvre la configuration actuelle des lieux, avec la rue du Vieux Thier (1) et l'endroit où se trouvait l'ermitage (2). Le paysage a été bouleversé, de 1923 à 1930, lors de la création de la ligne de chemin de fer, chantier qui a nécessité le percement d'un tunnel sous la colline.


 Terminons par ces deux vues de la rue des Grands Champs, dans un sens puis dans l'autre, au début des années 1950 :
rue des grands champs-liege-annees 1950.jpg

rue des grands champs-liege-1954.jpg

 

 

Ouvrages de référence :

André DE BRUYN, Histoire des rues et des lieux-dits de la commune de Saint-Nicolas, éditions Dricot, Liège, 1987.

Pol SCHURGERS, La justice aux Grands Champs de Saint-Gilles (fascicule dactylopgraphié).

Jean BROSE, Les Grands Champs de Saint-Gilles, revue « Si Liège m'était conté », n°62, 1977.

Claude WARZÉE, Liège autrefois, les quartiers et leur histoire : Cointe, Haut-Laveu, Saint-Gilles, Burenville, éditions Noir Dessin, Liège, 2013
.