18/06/2016

La rue et la place des Bons Enfants

rue des bons enfants_liege_2016.jpg
La rue des Bons Enfants en 2016.


plan liege 2013.jpg
Plan actuel de Liège. Le trait rouge représente la rue des Bons Enfants.


plan 1649.jpg  La configuration des lieux en 1649 (gravure de Julius Milheuser), avec le couvent des Bons Enfants (1), proche de l'église Saint-Hubert (2). Autres points de repère : la collégiale Sainte-Croix (3), le couvent Sainte-Claire (4), l'église Saint-Séverin (5), la collégiale Saint-Martin (6), la bras de la Meuse devenu le boulevard de la Sauvenière (7), la collégiale Saint-Jean (8) et la place aux Chevaux devenue la place de la République française (9).

 
* * * * *

 
  La rue des Bons Enfants et la place y attenant tirent leur nom d'un couvent établi là autrefois.


  Petite histoire du couvent des Bons Enfants

 
  Sources :

  - Théodore GOBERT, Liège à travers les âges : les rues de Liège, Culture et Civilisation, Bruxelles, édition 1975-78.

  - Léon HALKIN, La Maison des Bons-Enfants, bulletin de l'Institut archéologique liégeois, tome LXIV, 1940.

  
  Décédée en 1231, Élisabeth de Thuringe est canonisée en 1235. Une de ses filles, duchesse de Brabant*, lui dédie une chapelle qu'elle fait construire à Liège vers 1245, à proximité de l'église paroissiale Saint-Hubert**. Elle y annexe un hôpital pour les pauvres et un prieuré de chanoines réguliers de Saint-Augustin.

* Sophie de Thuringe a épousé en 1240 le duc Henri II de Brabant, lequel se réconciliera avec le prince-évêque liégeois Robert de Thourotte et conclura avec lui un traité d'alliance en 1244.
** Cette église n'existe plus ; elle se trouvait à la jonction des actuelles rues Saint-Hubert et Mont Saint-Martin.


  L'hôpital Sainte-Élisabeth tombe rapidement en décadence : les biens de l'institution ont été dilapidés, et l'immoralité des gens qu'on y assiste a fini par gagner les religieux. Les mœurs se sont relâchées, et l'établissement est devenu un lieu de débauche.

  Le prince-évêque Henri de Gueldre (de 1247 à 1274) prend les mesures nécessaire pour rétablir la règle monastique et transforme l'hôpital Sainte-Élisabeth en Maison des Bons Enfants, destinée à héberger, nourrir et éduquer de jeunes indigents jusqu’à leur puberté.

  À la fin du XIVe ou début du XVe siècle (la date est incertaine), la Maison Sainte-Élisabeth est confiée aux Frères de la Vie commune. Ceux-ci doivent veiller, sous le « joug monastique », au bien-être matériel et à la formation spirituelle des jeunes élèves qu'ils admettent comme pensionnaires*.

* La Maison des Bons Enfants est en réalité un pensionnat, dont les bénéficiaires vont recevoir l'instruction dans une école du voisinage. Les religieux aident toutefois les écoliers à répéter leurs leçons.

 
Mais les mœurs se relâchent à nouveau ! Cette mauvaise réputation fait fuir les pensionnaires. Les prieurs ont des concubines ; ils n'hésitent pas, pour l'argent, à transformer le couvent en tripot, où l'on se livre aux plaisirs du jeu, de l'ivrognerie et du sexe.

  Une nouvelle fois, l'autorité épiscopale se voit obligée d'intervenir avec la plus grande énergie. Le prince-évêque Jean de Heinsberg, en 1424, décide de réformer le couvent. Comme il veut y réintroduire des chanoines réguliers de Saint-Augustin, il fait appel à l'établissement de Bethléem, près de Louvain, d'où arrive en 1428 le chanoine Olivier de Champs, chargé de mener à bien cette mission d'épuration et de réorganisation.

  Le couvent réformé conserve son appellation de Maison des Bons Enfants, mais il ne redevient pas un lieu d'éducation, pour peu qu'il l'ait été auparavant. Olivier de Champ inaugure une ère de ferveur religieuse, de fidélité aux devoirs du cloître et de spiritualité ascétique.

  Le couvent Sainte-Élisabeth prospère tellement, dans la seconde moitié du XVIe siècle, que le nombre de ses religieux s’accroît et que la Maison des Bons Enfants ne suffit plus. Sous le règne de Jean de Hornes, les chanoines de Saint-Augustin acquièrent le prieuré bénédictin de Saint-Léonard, situé dans un faubourg de la ville. Ils y déménagent en 1489, puis vendent leurs ancien locaux, en 1493, à des religieuses franciscaines venues de Hasselt.

  Achat précipité, car ces religieuses franciscaines (dites aussi Sœurs de Hasque) trouvent les bâtiments trop exigus ; elles les cèdent aussitôt à des Frères cellites, qui leur laissent en échange leur couvent situé à proximité de la collégiale Saint-Paul (dans l'actuelle rue Sœurs de Hasque).

  Les Cellites ne séjournent guère longtemps aux Bons Enfants. En 1496, ils vendent l'immeuble aux Sépulcrines de Nieuwstad (près de Sittard aux Pays-Bas). Jeanne Schaetzen, prieure de cette communauté, et treize de ses religieuses fuient la guerre entre les ducs de Gueldre et de Clèves ; elles viennent s'installer aux Bons Enfants pour s'adonner à la vie contemplative et surtout se consacrer à l'éducation des jeunes filles.

  Le couvent des Sépulcrines va subsister jusqu'aux événements révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle. Les liégeois n'arrêteront pas de l'appeler le couvent des Bons Enfants.

 
plan_1737.jpg
  Sur ce plan de 1737, qui respecte les dénominations officielles, la flèche rouge désigne le couvent des Filles du Saint-Sépulcre.


  Dès le début du régime français (1975-1814), les Sépulcrines sont expulsées, et leur couvent est transformé en caserne, avant d'abriter les bureaux du gouvernement départemental.


plan_1827.jpg
  Le plan ci-dessus date nous reporte en 1827. Nous sommes à l'époque du régime hollandais. L'ancien couvent est maintenant le siège du gouvernement provincial (l'hôtel de la Province) ; il le restera après 1830 dans les premières années de la Belgique indépendante.

  Le 31 mars 1845, un incendie ravage une partie du bâtiment, ce qui accélère la décision prise dès 1842 de déménager les services provinciaux dans une nouvelle aile du palais des princes-évêques (voir autre article).

  Ce qui reste des Bons Enfants est vendu au chanoine Habets, curé de Sainte-Croix, lequel installe là, sous la direction des Filles de la Croix, un refuge pour les repenties puis pour un quartier pour jeunes délinquantes. Ce dernier est ouvert en 1847. On y reçoit des jeunes filles condamnées en justice ; on les initie « aux travaux manuels de leur sexe ».

  La maison pénitentiaire est remplacée en 1870 par une école primaire tenues par les mêmes religieuses. Mais le chantier du chemin de fer de ceinture (voir autre article) nécessite de nombreuses expropriations et démolitions. L'ancien couvent et l'église Sainte-Élisabeth elle-même sont sacrifiés sur l'autel de la modernisation. Une partie de l'espace dégagé devient un square public, lequel se bordera de maisons et deviendra en 1910 la place des Bons Enfants, avec un terre-plein garni d'une pelouse et de massifs floraux.


bons enfants_liege_1920.jpg  La place des Bons Enfants vers 1920. À remarquer, à l'arrière-plan, le tunnel ferroviaire sous Pierreuse, aujourd'hui dissimulé en dessous de l'extension moderne du palais de justice :
cadran_liege_google.jpg                      La place des Bons Enfants, à droite, est devenue un espace piétonnier.

 


  Les bouleversements de la fin des années 1970


  Dans le courant des années 1970, un plan d'aménagement du centre-ville entraîne une totale métamorphose du tissu urbain, et la place Saint-Lambert subit de nombreuses démolitions. C'est tout un patrimoine qui est implacablement sacrifié en quelques années.

  Le saccage s’étend jusqu’à la gare du Palais et au site du Cadran (voir cette autre page). La deuxième partie de la décennie voit disparaître les bâtiments qui entourent la place des Bons Enfants, tout comme ceux de la rue de Bruxelles, qu'on élargit en voie rapide.


rue de bruxelles_liege_debut annees 1970.jpg
La rue de Bruxelles et ses alentours au début des années 1970.


rue de bruxelles_liege_debut annees 1980.jpg
Au tout début des années 1980.

cadran_liege_1975.jpg  Au carrefour du Cadran (photo de 1975), la rue de Bruxelles en provenance de la place Saint-Lambert se prolonge par la rue de l'Académie (l'immeuble marqué d'une flèche vous aidera à vous situer sur la photo suivante). La rue qu'on aperçoit en bas à gauche est la rue Sylvestre qui mène à la rue Haute-Sauvenière. Le bus sort de la rue Léon Mignon. À droite, s'ouvre la rue des Anglais.


cadran_liege_2009.jpg
Le même endroit en 2009.

chantier gare du palais_liege_1974.jpg  La rue de Bruxelles et la gare du Palais, vues en 1974 depuis la rue Fond Saint-Servais. Dans le fond à droite, entre les deux buildings situés au carrefour du Cadran, on distingue des immeubles de la place des Bons Enfants.

chantier gare du palais_liege_1976.jpg  Des démolitions ont commencé dès 1975 du côté des Bons Enfants ; on le constate par la différence d'arrière-plan entre les deux buildings.


  Voici quelques photos du site des Bons Enfants en 1974-1975, mêlées à des vue plus récentes pour permettre la comparaison :

bons enfants_liege_1975 (1).jpg  Le building marqué « STOCK » (immeuble-parking) est celui de gauche sur les vues précédentes. La rue Léon Mignon* est entrecoupée par la place des Bons Enfants.

* Du nom du sculpteur belge (Liège 1847 – Schaerbeek 1898) qui s'est notamment rendu célèbre par sa statue « Le dompteur de taureau » (Li torè), installée aux Terrasses depuis 1881.

 
Le trait rouge vous aidera à vous situer sur la photo suivante :
bons enfants_liege_2016.jpg

 

bons enfants_liege_1975 (2).jpg
La rue Léon Mignon dans l'autre sens.
bons_enfants_liege_2014.jpg



bons enfants_liege_1974 (1).jpgbons enfants_liege_1974 (2).jpg  La place des Bons Enfants. La chaussée qui vient des rues Saint-Hubert et Mont Saint-Martin se prolonge au-delà de la rue Léon Mignon par une courte rue des Bons Enfants, jusqu'à la rue Agimont* (voir aussi la toute première pohoto de cet article).

* Du nom d'un propriétaire local d'autrefois.

bons enfants_liege_2009.jpg
Le même endroit en 2009.

 
bons enfants_liege_2016 (2).jpg
Et en 2016.

bons enfants_liege_2016 (3).jpg
La courte rue des Bons Enfants vers la rue Agimont.




bons enfants_liege_1974 (3).jpg
La place des Bons Enfants d'hier ▲ et d'aujourd'hui ▼
bons enfants_liege_google (2).jpg



bons enfants_liege_1975 (4).jpg  Les immeubles de la place des Bons Enfants entre la rue Saint-Séverin (à gauche) et la rue Léon Mignon (à droite). Ils ont été démolis dans la seconde partie des années 1970.

 
bons enfants_liege_2006 (2).jpg
Un mur de briques rouges et une pelouse ont très longtemps caractérisé l'endroit.

 
bons enfants_liege_2016 (4).jpg
En 2014, a commencé la réalisation d'un projet immobilier destiné à revaloriser le lieu.

 


bons enfants_liege_1975 (3).jpg  C'est en 1975 que vont avoir lieu les premières destructions contiguës à la place des Bons Enfants. Remarquez les palissades sur la droite de la photo, à l'angle des rues Saint-Séverin et Mont Saint-Martin.


tournant saint-hubert_liege_1898.jpg
Cet angle, le voici à la fin du XIXe siècle. On l'appelait le tournant Saint-Hubert.


mont saint-martin_liege_1974-75.jpg  Le revoici en 1975 du côté du Mont Saint-Martin. Tous les bâtiments que longe la palissage vont bientôt disparaître.


mont saint-martin_liege_2009.jpg
Le même endroit en 2009, pendant le chantier de l'hôtel cinq étoiles Crowne Plaza.


angle rue st-hubert_liege_1975.jpg
De l'autre côté en 1975, à l'angle de la rue Saint-Hubert (là où se trouvait autrefois l'église du même nom).


cadran_liege_2006.jpg
En 2006 ▲ et 2009 ▼
cadran_liege_2009 (2).jpg

 

cadran bons enfants_liege_1980.jpg  Le chantier d'aménagement du quartier en 1980. Le tunnel du chemin de fer de ceinture passe sous la place des Bons Enfants.

cadran bons enfants_liege_1996.jpg  Le Cadran et la place des Bons Enfants en 1996, à la veille de subir de nouveaux bouleversements… mais ce sera une autre histoire.

 

Merci de cliquer sur « J'aime » si vous avez apprécié cet article  smile

 

07/09/2014

Hocheporte

hocheporte-liege-2013.jpgLe carrefour de Hocheporte en août 2013, et ci-dessous dans l'autre sens en 2014 :hocheporte-liege-2014b.jpg

  Ce quartier tient son nom d'une ancienne porte fortifiée établie dans les murailles construites au début du XIIIe siècle. Murailles que nous rappelle aussi la rue des Remparts.

  Le nom « Hocheporte » proviendrait d'un propriétaire local nommé Hacar. Au XIIIe siècle, on trouve en effet l'appellation « Hacarporte » (puis « Hachaporte » au XVe et « Hochaporte » au XVIIIe).

  Situons cette porte sur la vue ci-dessous, due à Julius Milheuser en 1649 :
liege_milheuser_1649.jpgIdentifions les églises Saint-Martin (1) et Saint-Séverin (2). À cette époque, la rue d'Agimont* (3) se situe dans le prolongement de la rue Fond Saint-Servais (4), près du couvent Sainte-Claire** (5). Au sommet de la rue Hocheporte (6), s'ouvre l'arcade fortifiée (7), comprise dans la muraille entre le collège des jésuites anglais (8) et le bastion du Saint-Esprit*** (9). Au-delà du rempart, commence le faubourg Hocheporte **** (10).
* Du nom, sans certitude, d'un ancien propriétaire local (« Agiermont » au XIIIe siècle).
** Voir autre note.
*** Fortification réédifiée au début du XVIIe siècle au sommet de l'actuelle rue Mississipi, sous la magistrature du bourgmestre Philippe du Saint-Esprit (surnom de Philippe le Rousseau).
**** Un faubourg est au départ un quartier en dehors du bourg, au-delà donc des murailles.

 

Recherchons les mêmes lieux sur ces deux autres plans, le premier de 1720, le second de 1810
(cliquer dessus permet de les agrandir) :
plan_liege_maire_1720.jpg

plan_1810.jpg

  La Hocheporte d'antan est détruite en 1821, sous le régime hollandais, et ses matériaux servent à la reconstruction de la citadelle sur les hauteurs de Sainte-Walburge. On réédifie toutefois une arcade en 1824 ; il ne s'agit dès lors plus d'un ouvrage monumental, mais d'une simple voûte en briques sans caractère, qu'on décidera de démolir en 1852 et dont les derniers vestiges ne seront enlevés qu'en 1886
.

hocheporte-liege-ruines-fin XIXe.jpg  Ci-dessus, les ruines de la porte après 1852 (dessin d'Alfred Ista). La tour carrée, sur la droite, est celle d'une maison de la rue Hocheporte, dans sa partie jadis située à l'extérieur de l’enceinte fortifiée.

  Sur le dessin qui suit (œuvre d'Adolphe Dubois), on découvre précisément cette partie supérieure de la rue Hocheporte en 1880. On y retrouve la maison avec la tour carrée (qui a perdu sa toiture pyramidale) :
rue hocheporte-liege-1880.jpg  Tour carrée toujours existante, comme le montre cette photo actuelle de la rue Hocheporte (vue dans l'autre sens par rapport au dessin qui précède) :
rue hocheporte-liege-google maps-2013.jpg

  Mais revenons-en aux anciennes murailles. Voici ce qui subsiste du bastion du Saint-Esprit au XIXe siècle (œuvre de G.F Sargent, peintre et dessinateur anglais actif dans les années 1830 à 1870), avec la rue des Remparts à l'emplacement de l'ancien chemin de ronde :
bastion saint-esprit-hocheporte-liege-XIXe.jpg

remparts-hocheporte-mississipi-liege-2014.jpg  Ci-dessus, l'état actuel du rempart à l'angle des rues Mississipi* et Louis Fraigneux**.
* L'emplacement de cette rue servait autrefois de fossé à la muraille. L'appellation « Mississipi » remonte au XVIIIe siècle, probablement à cause de l'engouement que suscitait alors l'exploration du Nouveau Monde.
** Louis Fraigneux (1863-1938), échevin liégeois et conseiller provincial.

remparts-mississipi-liege-2014.jpg  Cette haute muraille, composée de briques et de boutisses en pierre de taille, est donc une section des anciens remparts de la ville. Dès le XVIIIe siècle, des parcelles de terrain situées à son sommet sont données en location à des particuliers. Avec la vente de ces biens au cours du XIXe siècle, l'ancien chemin de ronde est transformé en voie publique, la Ville prenant à sa charge l'amélioration des escaliers qui y mènent et la consolidation des vieux murs.

hocheporte-liege-1885.jpg  Hocheporte avant le percement de la rue de l'Académie, baptisée ainsi en 1886. Ci-dessous, le même endroit de nos jours (repérons-nous grâce au mur désigné par la flèche) :
hocheporte-liege-gare des bus-2014.jpg  L'endroit marqué d'une flèche sur la photo ci-dessus, le voici en plan plus rapproché, avec l'entrée, rue Hocheporte, des escaliers de la rue des Remparts :
rue des remparts-hocheporte-liege-2014.jpg



*  *  *  *  *

rues hocheporte et academie-liege-2014.jpg  Le building a été bâti à l'angle de la rue Hocheporte (tronçon supérieur) et de la voie rapide qui relie la Cadran à Fontainebleau. Autrefois, dans le cadre rouge, se trouvait le bâtiment représenté sur le dessin qui suit, réalisé par Joseph Vuidar en 1888 :
auberge du soleil-hocheporte-liege-1888.jpg  Il s'agit de l'auberge du soleil, datant du XVIIe siècle (la façade porte d'ailleurs une enseigne en pierre sculptée représentant l'astre). L'auberge dite aussi « du bon logis », où les voyageurs attardés logeaient en attendant l'ouverture de la Hocheporte (dixit Théodore Gobert).

maison magnery-hocheporte-liege.jpg  Le même bâtiment à l'aube du XXe siècle. Il est devenu la Maison Magnery, du nom du propriétaire, négociant en graines potagères et fourragères.

maison magnery-hocheporte-liege-1922.jpg  La Maison Magnery en 1922. Les arbres sont ceux de la Place Hocheporte, baptisée ainsi en 1910 au pied de la Montagne Sainte-Walburge.

hocheporte-liege-1944.jpg  Le 7 septembre 1944, afin de retarder l'arrivée des troupes américaines, les Allemands font exploser des chenillettes remplies d'explosifs aux carrefours de Fontainebleau, de Hocheporte et du Cadran. La photo ci-dessus montre les dégâts occasionnés à Hocheporte, au sommet de la rue de l'Académie (dans le fond, on aperçoit le musée des Beaux-Arts, logé à l'époque dans une annexe de l'académie royale du même nom).

maison magnery-hocheporte-liege-1944.jpg  Fissurée et instable à la suite de l'explosion de septembre 1944, la grainerie Magnery devra être détruite.

 

Hocheporte avant 1944.jpg  Ci-dessus, le carrefour de Hocheporte avant 1944. Ci-dessous, le même endroit dans les années 1950 : la Maison Magnery a été remplacée par une station-service :
hocheporte-liege-annees 1950.jpg

 

tram-hocheporte-liege-debut annees 1960.jpg  Ci-dessus, au début des années 1960. Ci-dessous, en 2013 :carrefour hocheporte-liege-2013.jpg


*  *  *  *  *


  C'est dès la fin des années 1970 que le quartier connaît d'importantes transformations qui vont peu à peu aboutir à la configuration actuelle des lieux.

hocheporte-liege-debut annees 1970.jpg  Le carrefour et la place Hocheporte au début des années 1970. J'ai habité au bas de la Montagne Sainte-Walburge, en face de l'hôpital des Anglais (1), de 1964 à 1971. L'école communale (2) date de la fin du XIXe siècle. Je pense que les palissades, à l'angle de la place et de la rue de l'Académie (3), cachent toujours le terrain vague dû à l'explosion de 1944 !

hocheporte-liege-chantier 1979.jpgLe carrefour de Hocheporte en 1979, après la disparition de la station-service.

rue hocheporte-liege-1979.jpg  La partie supérieure de la rue Hocheporte en 1979. Le terrain vague et ses abords ont laissé place à tout un réseau routier (voir photo suivante) :
hocheporte-liege-2014c.jpg

hocheporte-liege-chantier 1983.jpgLe chantier du carrefour Hocheporte en 1983. Ci-dessous, le même endroit de nos jours :hocheporte-liege-2014.jpg

  Les deux photos qui suivent datent du début des années 1980 ; elles montrent le chantier du côté de la rue de l'Académie, dont il ne subsiste que les immeubles du côté gauche, ceux de droite ayant été démolis (y compris le musée des Beaux-Arts) afin de percer là une voie rapide reliant le Cadran à Fontainebleau :
chantier rue academie-liege-debut annees 1980 (1).jpg

chantier rue academie-liege-debut annees 1980 (2).jpg

rue de l'academie-liege-2006.jpg  La rue de l'Académie en 2006, pendant la construction des « Jardins de l'Académie », complexe de trois immeubles de prestige à usage mixte (bureaux et logements) (architecte : AST Claude Strebelle).

place hocheporte-liege-2006.jpg  Place Hocheporte, la façade de l'ancienne école communale a été conservée et intégrée dans le nouveau complexe.

 

hocheporte et rue de l'academie-liege-2014.jpg  Hocheporte et les jardins de l'Académie. Dans le cadre rouge, se trouvait autrefois cette rangée d'immeubles, dont le musée des Beaux-Arts :
rue de l'academie-liege.jpg